Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Désindustrialisation française : l’exemple édifiant de Vallourec

Titre du journal Libération du 22 mai 2022 : « Plan social chez Vallourec : à Saint-Saulve, l’amertume et la défiance. »

L’annonce de la fermeture de l’usine qui employait encore une centaine de salariés dans la petite commune du Nord n’a pas surpris les salariés et élus locaux, qui dénoncent un abandon programmé. Mais la montagne d’argent public dépensé à perte pour sauver l’activité sidérurgique de Vallourec interroge.

Quand la gauche climatisée déplore les effets dont elle chérit les causes. Démonstration par Contrepoints.

 

 

Mélenchon chez Vallourec en 2016

 

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Certains ont voulu s’étonner de l’annonce récente de suppressions d’emplois dans l’entreprise Vallourec d’origine française spécialisée dans la production des tubes en acier sans soudure. C’est l’occasion d’expliquer une nouvelle fois comment fonctionne l’industrie : si un pays ne possède ni les matériaux de base ni le marché, c’est-à-dire les clients, la transformation, la production, l’industrie se délocalise en se rapprochant des uns ou de l’autre.

 

Vallourec avait besoin de minerai de fer et d’aciéries d’une part et d’autre part d’un secteur pétrolier et gazier dynamique en France pour se développer. Nous n’avons plus de mines de fer et nous ne voulons plus de pétrole et de gaz : Vallourec ne peut donc rester en France que pour des activités marginales, soit moins de 30 % de son activité et va devoir choisir le meilleur pays en termes d’environnement industriel en Europe qui ne représente plus que moins de 15 % de ses ventes. Les mines de fer en France sont désormais trop profondes et ont été abandonnées dans les années 1980. Nous avons décidé politiquement de ne plus prospecter ni le pétrole ni le gaz, et de mettre fin aux productions existantes. Le marché a donc disparu et la seule chance de survie de ce groupe est de conserver ses activités dans des pays qui poursuivent l’exploration, et l’exploitation du pétrole et du gaz, c’est ce que font les dirigeants du groupe, c’est rationnel.

[...]

Vallourec est une leçon

Ce qui arrive à Vallourec pourrait, au contraire, nous servir de leçon, nous permettre de comprendre l’industrie et d’anticiper les réactions des installations de production aux orientations du marché décidées non par celui-ci mais par les décisions politiques.

[...]

On pourrait égrener dans tous les secteurs cette propension des politiques à prendre au nom du peuple des positions émotives sur la chimie, la biologie, l’alimentation, les pollutions, sans jamais mesurer les conséquences industrielles. La dernière Loi sur l’anti-gaspillage et l’économie circulaire, la loi Climat et Résilience condamnent à court terme des industries et empêchent une réindustrialisation : les industriels le disent, le font savoir, mais on attend les fermetures d’usines et les friches industrielles pour se plaindre tandis que les textes ne permettent plus une installation rapide dans des lieux appropriés.

Il n’est donc pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Au bout de dix ans d’erreurs on redécouvre que le nucléaire est indispensable à notre survie économique collective, on s’aperçoit que les énergies intermittentes solaire et éolienne dérèglent nos réseaux électriques et font l’objet d’une importation massive de matériels préjudiciables à notre balance commerciale, on remarque que celle-ci est gravement déficitaire, même sur l’alimentation et ceci pour la première fois de l’existence de notre pays !

Lire l’article entier sur contrepoints.org

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • C’est écœurant de voir mélanchon en train de compatir de la détresse des ouvriers de Vallourec ,comme à été le cas en son temps des aciéries comme les hauts-fourneaux du site ArcelorMittal de Florange en Moselle .
    Er qui on voit encore et encore :" BFMWC ,la CGT et mélanchon" ceux qui ont demandé à voter contre le fascisme ,l’antisémitisme et partisans du mondialisme ,venant jeter une bouée crevée aux ouvriers de Vallourec .
    Je vois qu’il y en a qui n’ont toujours pas compris la mascarade .

     

    Répondre à ce message

  • #2964177

    Il y a désindustrialisation dans l’industrie LOURDE, qui est remplacée depuis des années par l’industrie du LUXE : LVMH pèse 30 fois plus lourd que... Renault en bourse .

     

    Répondre à ce message

  • Quand une industrie disparaît c’est impossible de la relancer surtout quand on un des gouvernements faibles Europeistes et Atlantistes.La guerre continue et la France est en train de perdre toutes les batailles sans se battre. C’est plus une liquidation avant fermeture qu’une guerre.Mais a vrai dire quand la gauche Française se renommera les Démocrates peut être que ça deviendra plus clair pour les plus aveugles.Notre destin est de devenir une zone touristique pour les USA avec un gouverneur mais sans le droit de participer aux élections américaines d’ailleurs on est tellement assujettis qu’il serait temps qu’on réclame le droit de vote pour participer aux élections US.

     

    Répondre à ce message

  • #2964182

    Capitalisation boursière de Vallourec : 3 milliards d’euros . Capitalisation boursière de LVMH : 300 milliards d’euros . C’est à dire 100 fois plus . Comme si la France avait laissé tomber l’industrie lourde pour l’industrie du luxe, infiniment plus lucrative . Triomphe de l’excellent, de l’incomparable GOUT français, au dépens d’une INGENIERIE moins brillante que l’allemande, la japonaise, l’américaine ou même la chinoise .

     

    Répondre à ce message

  • Ce n’est pas ici que l’on apprendra que tout est inversé et donc à retourner. Ainsi, condamner une entreprise à la fermeture ou bien licencier une partie du personnel est qualifié de « plan social » ou bien encore parfois, et pour rester dans le même registre orwellien, de plan de sauvegarde de l’emploi ! Comment dès lors qualifier la création d’entreprise et l’embauche ? Serait-ce un « plan antisocial » ?! On a vraiment affaire à une belle bande connards et de traîtres.

     

    Répondre à ce message

  • J’ai acheté des volets roulants chez Casto, je voulais des volets de fabrication Francaise ( un peu plus cher...)
    On m’a assuré que les produits sont Francais, vendu par une entreprise installé dans le Nord.
    Ils m’ont éte expedié depuis la Pologne, les notices techniques étaient Polonnaises....Là par contre, les problèmes climatiques n’inquiètent personne...transporter en camion sur 3 ou 4000kmd

     

    Répondre à ce message

    • Il y a une hypocrisie latente et très mal dissimulée chez les dirigeants d’entreprises en France.

      Face caméra, devant des parterres d’employés, durant les cérémonies, on jure que le leitmotiv est de "conserver toute la chaîne de valeur" en France, que c’est l’ADN de l’entreprise, sa raison d’être, le seul pari gagnant sur le long terme, etc.

      Dans la pratique, dès que l’occasion de présente de sous-traiter la fabrication, le contrôle voire même la conception d’une pièce à Taïwan, à Casablanca ou encore en Pologne, on s’y précipite. Les entreprises pourraient se réduire à de vagues plates-formes d’assemblage et surtout de commercialisation du produit fini fabriqué par d’autres que ça ne les dérangerait pas, bien au contraire. Et les délégués syndicaux un tant soit peu lucides sont parfaitement conscients de ça.

       
  • #2964321

    J’ai voté Méluche en 2017 avant son virage indigéniste pour la raison qu’il était incontestablement le meilleur de la classe politique. Je n’étais pas lecteur d’E&R donc le coup a été dur quand il a trahi et qu’il a lâché le social pour le sociétal de merde avec les pd et les travelos. En 2022 la trahison est encore plus nette avec son appel aux castors. Cet extrait de 2016 rappelle par le contraste l’ampleur de la trahison pour tous les gens qui, comme moi à une époque, l’ont cru sincère.

     

    Répondre à ce message

  • #2964390
    Le 24 mai à 19:04 par L’abbesse du Thaud de Profy
    Désindustrialisation française : l’exemple édifiant de Vallourec

    Pendant ce temps , au 43 eme étage , immeuble 9 west 57 rue, New york...
    au siège de Apollo management
    Hi guys,
    - le boss " Ah ces frenchies , ils ont le culot de dire que Vallourec est une entreprise française !
    - "faut pas vous énerver patron, on s’en fout du moment que nous possédons la plus grosse part des actions de Vallourec (27 %). C’est nous les patrons, on ne va quand mémé pas le crier sur les toits.
    - le Boss : "C’est quoi ce reportage sur E&R ? , on dirait que les syndicats de Vallourec vont nous faire une grève
    - " Laissez tomber patron, le syndicat CFDT est des nôtres, il a appelé à voté Macron
    - le Macron de Rothschild ?
    - Oui c’est le même
    - mais cette grève va nous couter cher en indemnités de licenciement, primes de reconversion ,etc. qu’est ce qu’on pourrait faire ?
    - je viens de vous dire que c’est nous les patrons.. C’est donc l’état français qui va payer. Ils appellent cela l’état Providence.
    - et leur nouveau patron, il est comment ?
    - il est bien, il fait ce qu’on lui dit de faire.., il vient d’acheter pour 100000 euros d’actions à 10 euros, l’action en vaut 13 maintenant, on peut donc compter sur lui.

     

    Répondre à ce message

  • #2964530

    Certes mais la startup nation a des livreurs UberEat

     

    Répondre à ce message

  • Collusion entre des élus incompétents (surtout préoccupés par les prochaines élections) et les hommes de cabinet ou hauts fonctionnaires inféodés aux théories de dissolution nationale. Certains "conseillers" restent en poste longtemps, il n’y a pas qu’Attali...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents