Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Environ 15 000" professionnels de santé soumis à l’obligation vaccino-covidique ont été suspendus

[…]

Interrogé, le ministère de la Santé explique au Figaro que « 7 000 suspensions ont été comptabilisées au niveau national », un chiffre toutefois incomplet, puisqu’il se fonde sur les remontées des établissements de santé et médicosociaux aux agences régionales de santé.

 

« Aujourd’hui, entre 50 % et 60 % des établissements ont procédé à cette remontée », note le ministère. En extrapolant ce chiffre « au nombre de personnes concernées par l’obligation vaccinale, on peut en déduire qu’environ 15 000 salariés sur 2,7 millions de personnels concernés [...] ont été suspendus », ajoute-t-on. En outre, la proportion indiquée – 0,6 % – « a pu diminuer au fil des dernières semaines », à mesure que les principaux concernés se faisaient vacciner : elle était ainsi fixée à 0,9 % il y a quelques semaines.

Cette nouvelle estimation reste bien plus élevée que la précédente : mi-septembre, au lendemain de l’entrée en vigueur de la mesure, Olivier Véran annonçait « 3 000 suspensions » de personnels des établissements de santé ou médicosociaux non vaccinés. Un nombre visiblement sous-estimé par rapport aux réalités du terrain.

Sur Franceinfo, mercredi, le ministre de la Santé a jugé ce chiffre de 15 000 suspensions « très, très faible ». « À l’AP-HP, ce sont 16 médecins sur les 12 500, et quelque 100 infirmiers sur les 16 000 à 18 000 », a-t-il cité en exemple. À ces quelque 15 000 suspensions s’ajoutent aussi les démissions de soignants rejetant l’obligation vaccinale : « il y a eu un pourcentage très faible, on est à moins de 0,1 % [...]. Ça fait entre 1 500 et 2 000, certains reviendront », a-t-il noté.

[…]

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

 

En lien, sur E&R :

 






Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Il transpire le mensonge.
    Véran : le labrador de sa majesté ; l’homme abjecte par excellence

     

    Répondre à ce message

  • #2826083

    Bravo à ces 15’000 qui sont sûrement 50’000.
    Qu’attendent-ils pour se faire connaître auprès des personnes refusant le vaccin ?
    Qu’attendons-nous pour créer une économie sanitaire parallèle ?
    Je rêve d’aller chez un médecin ou un dentiste libéral me garantissant son hostilité au vaccin. J’aurais bien plus confiance en cas de prescription ou d’acte.
    Comment faire ?

     

    Répondre à ce message

  • il y a plus de 80 000 offres d’emplois dans le médical a pouvoir du jamais vue
    sans compter les établissements qui ne forcent pas la vaccination il y en a plein qui font des tests tout les 3 jours car sinon ils sont dans l’impossibilité de fonctionner la situation est très tendu et cela va forcement faire augmenter les accidents, mauvaise prise en charge et encore plus d’arrêt de travail ect

     

    Répondre à ce message

  • #2826147
    Le 13 octobre à 17:29 par L’Incorruptible
    "Environ 15 000" professionnels de santé soumis à l’obligation (...)

    J’ai appris aujourd’hui qu’un jeune collègue de travail (- de 30 ans), représentant du personnel et affilié à un syndicat favorable au pass et au vaccin, connaissait actuellement des effets indésirables relativement graves suite à sa vaccination (Pfizer) : paralysie hémifaciale et inflammation du système nerveux (diagnostic médecin).

     

    Répondre à ce message

  • Et encore ! Si on devait compter ceux qui ont démissionné avant le 15 septembre, en réorientation pro, et ceux en arrêt maladie, on peut aisément en compter bien plus que 15 000.... Et je ne parle pas des faux certificats de "vaccination".

     

    Répondre à ce message

  • #2826248

    Il est pratiquement impossible de se faire faire un faux certificat de vaccination.
    La preuve en est, j’ai raccroché après 15 ans de service dont 5 en réa.
    La vaccination se fait de manière à ce qu’il soit impossible de frauder, sinon je voudrais bien des tuyaux.
    En attendant je quitte ce metier, et tous mes collègues hostile àla vaccination on cédés.
    Le constat est la !

     

    Répondre à ce message

    • Idem, vers chez moi (deux ehpad et un hôpital) tout le monde est piqué, personne n’est suspendu. Quelques rares jeunes sont partis au début. Les cadres de la gestapo ont fait du bon boulot de harcèlement. Quant au faux certificats, personne ne prend le risque. Voilà la réalité, ces cafards du figaro font du buzz sur leurs dos.

       
    • #2826610
      Le 14 octobre à 14:15 par la tagada-quetique
      "Environ 15 000" professionnels de santé soumis à l’obligation (...)

      Ce que vous dites m’étonne, car il y a une telle quantité de professions autorisées à vacciner, que j’ai du mal à ne pas imaginer que dans de nombreux endroits de nombreux collègues anti-vaccin se sont certifiés les uns les autres. Il faut sûrement acheter un lot, mais hormis cela, quel est l’obstacle ?

      cette "faille", forcément connue du système, lui servira de justification pour resserrer la vis, mais en attendant, pas vu pas pris... non ?

       
  • #2826304

    Je vais passer pour un gros enculé mais je trouve que les autorités doivent faire des tests pour débusquer les faux injectés ! Bien entendu pas des tests d’immunité puisque ces injections ne sont pas faites pour ça, mais sur d’autres paramètres qui caractérisent les injectés par rapport aux non-injectés. En effet il doit y avoir un nombre considérable de soignants qui ont feint l’injection pour être tranquilles, or il n’y a pas de raison que certains en prennent plein la gueule avec courage et droiture pendant que d’autres se la coulent douce en jouant le jeu du système ! Ces fraudeurs pérennisent cette atrocité pendant que ceux qui ne peuvent pas le faire faute de moyens financiers qui leur permettrait d’acheter une injection de complaisance et qui n’appartiennent pas non plus à un réseau qui leur permettrait de se faire faussement injecter se font empoisonner ou se retrouvent dans une situation d’exclusion sociale faute de pass sanitaire. Il serait temps que les soignants portent leurs burnes ! C’est quand même ahurissant que ces gens qui sont dans leur ensemble financièrement à l’aise, qui ont un haut niveau d’instruction, qui ont un esprit de corps...ne soit pas foutu par lâcheté d’opposer une résistance massive, structurée et frontale contre cette abomination ! Ils louvoient, magouillent...pendant que les autres crèvent ! Honte à eux !
    Par ailleurs tout soignant faussement injecté, qui donc connaît la dangerosité de ces poisons, qui participent de près ou loin à la campagne d’injection, devra être jugé et condamné à la peine la plus lourde prévue par la loi. Se faire faussement injecter et jouer le jeu du système en toute décontraction pendant que les autres morflent ce n’est pas de la résistance mais de la collaboration.

     

    Répondre à ce message

    • #2826462

      Je n’aurais pas dit mieux. Je pense que dans le fond, une majorité est contre mais tellement atomisée que presque personne ne pense à s’organiser et s’associer aux autres.

       
    • #2826545

      Ducon, quand ta vie et celle de tes enfants sont en danger tous les moyens sont bons ! T’es plutôt du genre à dénoncer qu’à résister !

       
    • oui présenté comme ça...les méchants tricheurs et les "gentils" qui assument.
      Il y a probablement aussi beaucoup de non vacciné qui l’auraient fait si ils en avait la possibilité.
      Chacun fait ce qu’il peut, de manière pas très digne ou courageuse parfois, le harcèlement et la manipulation machiavélique de la gestapo et ses colabos sont tellement violents, pas simple à gérer pour tout le monde.

       
    • Anonyme, que les soignants soient injectés ou pas, leur vie et celle de leurs enfants est en danger. Les injectés soignants n’ont pas consciences qu’en se soumettant ils mettent leurs enfants en danger d’y passer aussi à l’injection obligatoire. L’idéal aurez quand même été que la majorité des soignants refusent l’injection.

       
    • #2827018

      @goy pride. J’espère que tu te considères pas "dissident " ! Quand ta vie et celle de tes enfants est menacée par une piqûre, tout moyen de résistance est justifié !

       
  • En tout cas, on sait maintenant à quoi certains mériteraient d’être suspendus...

     

    Répondre à ce message

  • Il est évident que cette injection obligatoire pour le personnel médical, sous peine de sanction, n’a pas un but prophylactique, mais une visée uniquement politique.

     

    Répondre à ce message

  • #2826491

    Je comprends pas, ils avaient annoncé qu’il y avait 3000 récalcitrants sur tout le territoire. Et maintenant il y a 15000 suspendus donc 5 fois plus... Ils se sont encore tompés ? Merde !

    Les chiffres réels de non vaccinés étaient plus proche de 300 000 donc 20x plus encore que ce qui est annoncé... Allez le gouvernement arrêtez de mentir à tout va, vous êtes de guignols !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents