Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Faux vaccin, faux patriotisme, fausse sécurité : la gouvernance par le faux

 

 

On avait la gouvernance par le chaos, on a désormais la gouvernance par le faux, ou l’inversion. Si Mélenchon a raison d’incriminer le chaos organisé par l’oligarchie, même s’il ne reprend pas totalement nos concepts, on peut dire aujourd’hui que le faux gouverne : le discours rassurant cache des catastrophes, et le discours catastrophiste cache des choses rassurantes. Pour le peuple, s’entend.

 

Par exemple, le discours catastrophiste sur le covid a caché le fait qu’il s’agissait d’une grippe non pas bénigne, mais augmentée en laboratoire. Le taux de survie de la population a été de 99 % (151 000 morts officiels sur 67 millions d’habitants en 2 ans et demi, soit 60 000 morts par an attribués au covid, soit 1 % de létalité), et plus encore si l’on décortique la mortalité selon les catégories de pathologies réelles, beaucoup de Français morts depuis 2020 ayant une pathologie grave couplée avec le covid.

Le vaccin qui devait sauver ne sauve rien du tout, bien au contraire.

 

 

Voilà pour le volet sanitaire.

Le volet politique, c’est la montée actuelle du faux patriotisme, ou du patriotisme sous contrôle. L’exemple italien est parfait, avec le remplacement de Salvini par Meloni, plus systémo-compatible. Cette victoire du nationalisme italien supposément anti-européen est un leurre (l’Italie a besoin des 200 milliards promis par Leyen, qui tient Meloni par les couilles), qui permet de piéger les naïfs. Ou les idéalistes. Le melonisme est l’arbre nationaliste qui cache la forêt atlantiste.

 

 

Chez nous, le mélonisme s’appelle marinisme. Les deux lieutenants principaux de la présidente du RN viennent de se montrer sous leur vrai jour, atlantiste. Finie, oubliée la multipolarité, vive l’alignement sur l’Empire !

 

 

On mesure le degré d’alignement otaniste de Bardella à l’étonnante douceur des interventions de Malherbe, dont l’agressivité est le thermomètre de la systémo-incompatibilité de ses invités (c’est clair pour tout le monde ?)...

Voilà pour ceux qui pensaient que le renouveau patriotique de l’axe franco-italien allait nous sortir du piège européiste.

Troisième volet de la gouvernance par le faux, le domaine de la sécurité, qui caracole en tête de liste des préoccupations des Français.

Tout part de l’annonce par Darmanin de l’augmentation « historique » des budgets et des effectifs de la police, 15 milliards sur les 5 prochaines années, dont le détail est repris ce 26 septembre 2022 par Le Monde :

« Historique » : le terme revient dans les éléments de langage dispensés par l’entourage du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Avec 1,05 milliard d’euros supplémentaires prévus par le projet de loi de finances pour un budget prévu de 15,77 milliards d’euros, le gouvernement affirme la place centrale occupée par la sécurité dans ses préoccupations, avant les échéances cruciales de la Coupe du monde de rugby en 2023 et l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, à Paris.

En réalité, et là on va faire court, ces effectifs et moyens matériels supplémentaires (2 874 policiers et gendarmes, qui vont à peine remplacer les partants à la retraite !) vont surtout servir à contenir la grogne sociale qui ne manquera pas d’éclater en 2023.

La sécurité dans les espaces publics qui se remplissent dangereusement de migrants, pardon, que nos gouvernants remplissent dangereusement de migrants, toujours dans l’optique de tenir le peuple par la peur, sera évidemment la grande oubliée de cet historique effort. Il ne s’agit donc pas de sécurité, sauf pour les élites, de plus en plus intouchables, mais d’insécurité pour le peuple, à la fois par la violence décomplexée de la délinquance et les exactions des migrants, devenus eux aussi presque intouchables.
Après Sarkozy, au tour de Darmanin d’endosser la panoplie de faux dur.

 

 
 

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Bon, à la lecture de différents articles d’ER et suite à l’intervention du Président dernièrement, je pose solennellement la question :
    Devons-nous devenir mélenchonistes ?
    (En attendant de devenir FM).
    Eclaircir serait de bon ton !

     

    Répondre à ce message

  • #3036715

    Bardella montre qu’il n’est une succursale de la "renaissance"
    du N.O.M en marche, ... rassemblement national déguisé de la renaissance macronienne !

     

    Répondre à ce message

  • Autant Aliot est un crétin fini, autant le cas Bardella est différent. Étant donné sa tranche d’âge et ses prises de positions passées, il a forcément été formé peu ou prou à la même école de pensée que nous autres, sympathisants, membres actuels ou anciens d’E&R.

    Je suis prêt à fiche mon billet qu’il ne pense pas un mot de ce qu’il a proféré sur l’Ukraine et les référendums. Dit autrement, qu’il s’est fait acheter. Comment et par qui, difficile de le savoir, à moins d’avoir des sources bien placées dans les arcanes du parlement européen. Dommage Jordan, on t’aimait bien.

     

    Répondre à ce message

  • Bravo à Victoria Avril, magnifique, elle a tout dit a la perfection...
    Comme quoi il n’y a pas QUE des vendus chez les célébrités ou pseudo célébrités. (Tout le contraire de la petite merde Rouve, qui a toujours été une petite merde mais maintenant on le sait avec certitude...)

    Vraiment très bien dit et c’est une position courageuse à assumer en public, nous le savons tous. (Au passage, la virilité dont aime à parler Soral, on la trouve aussi souvent chez des femmes. Et a contrario, c’est pas toujours les montagnes de muscles qui sont toujours les plus courageux...)

     

    Répondre à ce message

  • Le postulat est le suivant :
    D’après tous les supports à l’ukraine (ou ceux par défaut en faisant de l’anti-Russie notamment en dénonçant le referendum)
    Le vaillant zelenski veut libérer sa terre et son peuple. Les méchants russes doivent quitter l’ukraine et ne plus persécuter les ukrainiens.

    OK !
    Mais un truc que je ne comprends pas :
    - Soit le Donbass fait partie de l’ukraine et donc c’est une guerre civile. Les gentils (d’après l’occident) militaires ukrainiens qui persécutent les civils ukrainiens. Et la méchante (d’après l’occident) Russie qui envahit l’ukraine pour aider cette population.
    Déjà là je commence à perdre pieds.
    - Soit le Donbass ne fait pas partie de l’ukraine. ce territoire est donc russe. Mais alors c’est l’armée ukrainienne qui envahit le donbass russe et persécute les civils russe. Et la Russie les aide (quoi de plus logique).

    Mais on ne peut pas dans une dissonance cognitive flagrante aller tout le temps dans le sens qui arrange.

    Dans la première solution, Poutine donne l’occasion aux ukrainiens d’acclamer leur attachement à l’ukraine. Zelenski peut voir se libérer son peuple sans une cartouche. C’est une aubaine pour lui.
    Dans la seconde solution, les russes voteront leur attachement à la Russie. Et zelenski a déjà dit qu’il voulait voir partir les russes. ce sera chose faite.

    Dans les deux cas zelenski a ce qu’il veut.
    Je ne vois donc pas pourquoi tous les pro-kiev s’agitent comme cela.

     

    Répondre à ce message

    • #3036964

      Les Ukrainiens veulent le beurre et l’argent du beurre, les territoires russes sans les Russes, ils veulent garder un territoire créé par les communistes tout en détruisant toutes les traces du communisme, ils veulent croire qu’ils sont des héros de la 2eme GM tout en soutenant les nazis, ils veulent le gaz russe mais sans payer la russie, pendant que leur alliés s’en privent et leur filent du fric, ils veulent la démocratie libérale américaine et UE mais en gardant des valeurs traditionnelles et un culte nazi.
      Peu importe leurs rêves, ce sont des pantins qui font tout ce qu’on leur dit de faire au final.

       
  • #3036797

    En fait ce qui faut en comprendre, c’est que l’espoir ne viendra pas de l’extrême-droite, car être d’extrême-droite, ça veut dire être tenu par le système, et le RN de Marine Le Pen en est l’exemple absolu, et on peut craindre que cela soit aussi le cas des post-fascistes (sic) de Georgia Meloni. Et il y a plein de ces gens-là dans les rangs des sionistes comme Madelin ou Christian Estrosi par exemple, c’est à dire des retournés qui ont été soumis au système. A contrario, ni Trump ni Poutine ne proviennent de l’extrême-droite car à la base l’un est démocrate et l’autre communiste. Et de la même manière c’est un peu plus compliqué pour Matteo Salvini, ce qui peut expliquer qu’il ait un peu plus de liberté dans ces opinions. En raisonnant de cette manière-là, je comprends mieux pourquoi l’autre fois Soral et Xavier Poussard ont dit que le dernier politicien sérieux c’était Mélenchon et surtout pas Le Pen fille ! On aurait pu parler de Zemmour aussi qui est devenu un point de ralliement pour la droite extrême, sauf que chez lui, il y avait quelque chose qui clochait un peu trop...

    Sinon en ce qui concerne le référendum, il faut reconnaître que là-dessus, les européistes ont de la suite dans les idées ce qui n’arrive pas souvent ! C’est à dire que pour eux il ne faut jamais donner son avis au peuple car c’est une bête sauvage prisonnière de ses affects, et qui doit forcément être guidée, tenue en laisse, voire même musélée. Donc pour eux dire qu’un référendum est un simulacre en fait c’est un pléonasme ! C’est cela que Jordan Bardella a du mal à comprendre, à moins qu’il ne le comprenne justement trop bien ! Car pour les élites toute idée d’un référendum d’initiative citoyenne est inacceptable en elle-même, quand bien même ils auraient la possibilité de le truquer ! On peut dire que 2005 a vacciné nos chers européistes contre la démocratie !

     

    Répondre à ce message

  • Meloni a certainement mis de l’eau dans son vin mais certainement pas au point de renoncer à ce qu’elle représente vis-à-vis des italiens. De toute façon les contributeurs d’E&R doivent comprendre que Meloni est la bonne personne car les italiens ne lui laisseront pas le choix. Même si elle a renoncé à sortir de l’otan et ue (momentanément ? aurait-elle pu faire autrement, chercher la confrontation directe en pleine campagne électorale ?) les italiens l’ont mis là pour faire le boulot. Maintenant tout est une question de courage...qu’elle peut cristalliser autour d’elle car cette fois elle n’est pas seule : la majorité est composée d’une coalition de trois partis politiques...dont un dinausore proche de Poutine. La dynamique pour l’Italie est enfin enclanchée...et très probablement irréversible.

     

    Répondre à ce message

  • Le miserable Alliot qui essaie de divertir la question sur Poutine en parlant du voile en Iran. Il a vraiment le regard du traître de base.

     

    Répondre à ce message

  • 60.000 morts ça fait 0.1% de létalité pas 1%.

     

    Répondre à ce message

  • #3037219
    Le 27 septembre à 13:48 par Jean-Jacques bourrin
    Faux vaccin, faux patriotisme, fausse sécurité : la gouvernance par le (...)

    Le RN dit ce qu’il peut, sinon le parti est dissous car le pentagone a monté un dossier affirmant que son financement est illégal. Il me semble que M. Xavier Poussard pourrait nous en dire plus. Ils se prononcent pour une paix rapide (méthode Berlusconi ? Prendre Kiev et après tout est fini ?) et contre un affrontement avec la première puissance nucléaire mondiale. Ce qui ne serait pas dans l’intérêt de ce qui reste de ce pays. Le 2e intervenant ose évoquer la cobelligérance (ignorant donc les injonctions otanesques par ailleurs illégales) dans laquelle Washington s’est lancée. Ceci sans consulter le parlement (ici simple chambre d’enregistrement), par des livraisons d’armes totalement scandaleuses qu’il condamne. Déjà pas mal.
    Pour le convide il fallait parler il y a deux ans, là le mal est fait hélas. Beaucoup de voisins, connaissances tout le temps malades depuis, il est vrai qu’on est passé du Sahara au printemps arctique en moins de 72 heures mais quand même.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents