Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

Né le 19 mai 1898 à Rome, Julius Evola est un philosophe italien, issu de la petite noblesse sicilienne, qui s’adonna également à la peinture et la poésie.
Grand lecteur de la Bhagavad-Gîtâ (l’un des écrits fondamentaux de l’hindouisme), mais aussi des textes bouddhiques, il s’intéressa aux écrits de René Guénon, devint l’ami de Mircea Eliade, se rapprocha du fascisme et œuvra au rétablissement d’un empire romain germanique dans l’esprit gibelin.
Judéophobe, mais se distanciant d’un « antisémitisme vulgaire », il défendit une conception spirituelle de la race, la « race de l’esprit ».

 

L’anniversaire de sa naissance
marque l’occasion de redécouvrir son œuvre fondamentale !
Trois de ses ouvrages sont disponibles chez Kontre Kulture

 

Révolte contre le monde moderne

Julius Evola nous propose ici de refaire avec lui le chemin. Car, à l’inverse de la vision moderne de l’homme, qui en fait un être ayant évolué à partir d’une souche commune à celle des singes, et continuant à évoluer vers une humanité et une civilisation toujours plus avancées et libérées de la matière par la technologie, selon la Tradition, le monde moderne est l’aboutissement d’une lente et longue chute, qui a vu une civilisation lumineuse, solaire, celle de l’Âge d’or, se dégrader, dégénérer, au gré des migrations et des métissages, pour aboutir à l’Âge sombre, l’âge des structures mécanisées et des masses, celui dans lequel nous vivons, et dont nous ne pourrons espérer sortir que par le renouvellement des cycles.

Dans les civilisations traditionnelles, où chacun est à sa place, garant de l’équilibre de toute la société, la hiérarchie n’est pas le fruit d’une « discrimination » injuste et arbitraire, car il n’est pas question de volonté humaine, mais d’une loi de nature : ce n’est pas la naissance qui détermine la nature, mais la nature qui détermine la naissance. Tout vient d’en haut. Ainsi, pour l’homme traditionnel, toute loi n’a de légitimité que si elle a un caractère divin ; dès lors, elle devient absolue. Aujourd’hui, c’est la force qui crée le droit, fluctuant au gré des vainqueurs, et les « valeurs » ne servent qu’à justifier une domination brutale au service d’une économie triomphante. Le monde moderne a privé l’individu de toute vision transcendante, il n’est qu’une forme anonyme, modelable, avec comme perspective ultime une humanité se prenant « elle-même pour objet de son culte ».

 

Alain Soral et Pierre de Brague présentent Révolte contre le monde moderne (juillet 2019) :

 

Révolte contre le monde moderne – Une conférence donnée par Monsieur K. à Lille (décembre 2019) :

 

La Doctrine aryenne du combat et de la victoire

Conférence donnée en allemand par Julius Evola le 7 décembre 1940 au palais Zuccari à Rome, La Doctrine aryenne du combat et de la victoire pose la question du dépassement de la condition humaine par la guerre, qui n’est que le reflet du combat éternel auquel se livrent les forces métaphysiques. Alors qu’il est généralement admis que « toute action dans le domaine matériel est limitative et que le domaine spirituel le plus élevé n’est accessible que par d’autres voies que celle de l’action », l’auteur nous rappelle qu’au contraire, pour les anciens Aryens, action et contemplation ne sont pas opposées, mais sont « deux voies distinctes pour parvenir à la même réalisation spirituelle ». Ainsi, le combat, lors de l’action suprême qu’est la guerre, est d’abord un combat intérieur, car celui qui, dans la « petite guerre sainte », la lutte armée, a su vivre une « grande guerre sainte », d’ordre spirituel, « celui-là a créé en soi une force qui le rend capable de surmonter la crise de la mort ».

 

Métaphysique du sexe

Après avoir traduit en italien "Sexe et Caractère" d’Otto Weininger, Julius Evola projeta d’en écrire une introduction qui devint, en 1958, un ouvrage à part entière : "Métaphysique du sexe". Métaphysique qui s’entend selon deux acceptions : elle est « l’étude de ce que signifient, d’un point de vue absolu, soit les sexes, soit les relations entre les sexes », mais aussi « dans un deuxième sens, en relation avec son étymologie, […] la science de ce qui va au-delà du plan physique ».« Chacun sait quel rôle joue le sexe à notre époque, au point qu’on pourrait parler, aujourd’hui, d’une espèce d’obsession sexuelle […]. Sous mille formes, la femme et le sexe dominent dans la littérature, le théâtre, le cinéma, la publicité, dans toute la vie pratique contemporaine. Sous mille formes, la femme est exhibée pour attirer et intoxiquer sexuellement, sans cesse, l’homme. » Régression d’une sexualité devenue animale qui a fait disparaître le sens profond de l’eros, dont les modalités subtiles permettent de transcender la conscience humaine. L’expérience amoureuse, fondée sur la polarité des sexes, nous lie ainsi aux énergies premières de l’univers ; expérience du sacré, pulsion reflétant le « mystère de l’Un », elle est une tentative, par un déconditionnement du Moi, d’échapper à notre propre finitude en retrouvant l’unité originelle perdue.

 

Pourquoi tant de haine ? #34 – Métaphysique du sexe de Julius Evola (avec Félix Niesche) (novembre 2020)

 

Et en coffret :

Julius Evola, sur E&R :

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2961772
    Le 19 mai à 14:06 par Ecce
    Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

    Evola auteur puissant mais auteur negrophobe.
    Cf le chapitre « Amérique negrifiée »

     

    Répondre à ce message

    • #2961785
      Le 19 mai à 14:40 par Macarel
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      Céline aussi, et alors ?

       
    • #2961808
      Le 19 mai à 15:39 par Les w’aces n’existent pas ! Vive la W’épublique !
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      C’est vrai que s’il était négrophile comme DJ Macron, ce serait encore plus puissant...

       
    • #2961811
      Le 19 mai à 15:43 par La Puissance relative de la Funk
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      Tout à fait mon cher compatw’iote :

      - la nègw’ophobie est un délit.

       
    • #2961885
      Le 19 mai à 18:59 par Ecce
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      @Macarel

      ba ça fait chier. Le chapitre se trouve dans son livre l’Arc et la Massue qui est en plus un très grand livre comme l’est la Métaphysique du sexe d’ailleurs.
      Le problème c’est qu’une certaine idée de la Tradition découplée de la religion et notamment de la charité chrétienne ou de la miséricorde divine dans l’Islam, peut engendrer de par le concept de hiérarchie (qui existe évidemment ) un racisme qui n’est pas sans rappeler par certains côtés le nazisme.
      Evola d’ailleurs même si on ne peut pas dire qu’il était nazi, n’en était pas pour autant un contempteur acharné.

      Mais il faut le lire même si Guénon est au dessus pour moi.

      PS : Je ne suis pas noir

       
    • #2961886
      Le 19 mai à 19:06 par quid de l’imposteur
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      Du moment qu’il ne détestait pas les Blancos !

       
    • #2961964
      Le 19 mai à 23:48 par Macarel
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      @Ecce



      PS : Je ne suis pas noir



      Justement. C’est vraiment une tare contemporaine.
      T’as devant toi un penseur de haut-niveau, et la première remarque que tu fais, c’est de parler de racisme...

      Est-ce qu’on imagine un Africain au sujet de Cheick Ante Diop par exemple dire ’’ J’adore cet auteur, dommage qu’il minore constamment les blancs ’’ ?

      Franchement, libérez vous de cette manie...

       
    • #2962064
      Le 20 mai à 08:45 par Ecce
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      @Macarel

      la première chose que j’ai dite était qu’il s’agissait là d’un auteur puissant (bon l’adjectif est nul je te l’accorde)
      Par sa negrophobie je voulais moins le discréditer que de relever une dérive malheureuse d’une certaine pensée traditionnelle.
      J’ai aussi lu un de ces livres intitulé de mémoire Le fascisme vu de droite.

      Par conséquent, tu vois que son racisme ne m’a pas empêché d’apprécier son œuvre et d’acheter ses bouquins.
      _

       
    • #2962121
      Le 20 mai à 10:41 par Nous combattons
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      Par sa negrophobie je voulais moins le discréditer que de relever une dérive malheureuse d’une certaine pensée traditionnelle



      Je ne comprends rien à ce vous écrivez. Qu’est-ce qu’une “dérive traditionnelle” ?

       
    • #2962145
      Le 20 mai à 11:37 par Ecce
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      @Nous combattons

      Lisez moi correctement avant de dire que vous comprenez rien à ce que j’ai écrit.
      Je n’ai pas parlé d’une dérive traditionnelle mais d’une dérive de la pensée traditionnelle qui sans une foi en un Dieu de miséricorde peut devenir par le concept de hiérarchie, un racisme.

      Cela demanderait évidemment un long développement mais bon flemme d’écrire.

      Allez bon week-end

       
    • #2963453
      Le 23 mai à 06:32 par Ami
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      Notez que René Guénon n’était ni raciste ni judéophobe ; il reconnaissait l’aspect traditionnel de la Kabbale.

      Il y a, chez Evola, une certaine confusion entre le politique et le spirituel, ce qui est propre à la caste « guerrière », davantage immergée dans l’action que dans la pure connaissance.

      De ce point de vue, Soral - dont les deux catégories sont le Sexe et la Politique, et un certain goût de la révolte - est bien plus Evolien que Guénonien.

       
  • #2961879
    Le 19 mai à 18:49 par toto
    Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

    " Métaphysique du sexe " c’est bien, les 20 dernières page de "Guerre" de LF Céline c’est autrement jouissif, cru et innocemment porno .

     

    Répondre à ce message

  • #2961992
    Le 20 mai à 05:03 par Kal
    Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

    Je reste toujours sur ma faim avec le « c’était mieux avant ». Il n’empêche que cela donne une perspective dans le diagnostic de la situation actuelle.

    On fait quoi ensuite ?

     

    Répondre à ce message

    • #2962166
      Le 20 mai à 12:36 par Didyme
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      On dirait la méchante sorcière du Magicien d’Oz

       
    • #2962440
      Le 20 mai à 23:05 par Le grand ménage
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      Je comprends pas le problème qu’il y a à reconnaître que beaucoup de chose étaient mieux avant sur le plan humain. Si vous ne jugez que l’aspect technique, ce que font les ahuris de la modernité, c’est sûr que c’était pas mieux avant hein, mais ici c’est précisément cette ’’technicisation’’ et tout ce scientisme que nous remettons en question.

       
  • #2962190
    Le 20 mai à 13:25 par Vedenta
    Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

    Evola en théorie, c’est génial mais en pratique... Je me rappelle par exemple d’un passage où il évoquait le travail à la chaine en usine (genre les temps modernes de Chaplin) où il écrivait qu’il était possible par l’esprit de transcender cette situation. Il ne savait pas de quoi il causait, tout simplement. Il aurait pu dire la même chose de la torture car ça en était. On peut faire le même type de constat avec Guénon mais aussi avec Marx et tant d’autres. Génial sur la papier mais concrètement, ça tourne en eau de boudin dans le réel même si ça reste très enrichissant à lire : il faut trier le grain de l’ivraie, là est le défi initiatique pour chacun.

     

    Répondre à ce message

    • #2962342
      Le 20 mai à 18:53 par Macarel
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      Evola propose une grille de lecture du monde moderne et une démarche individuelle et spirituelle pour y échapper.

      C’est tout.

      Il va pas t’accompagner à chaque seconde dans la monotonie de ton quotidien. Personne fait ça.

      Ou alors si, les Américains, mais on appelle ça des coaches de vie, pas des penseurs.

       
    • #2962393
      Le 20 mai à 20:33 par Fiacre
      Il y a 124 ans, Julius Evola naissait à Rome

      Les rééditions d’Evola sont essentielles pour la formation de la jeunesse ! non seulement de la jeunesse née "au milieu des ruines", mais aussi de tout homme volontaire en quête de vérité ! Moi-même crétinisé par 6 ans d’études supérieures, la découverte de Guénon et surtout d’Evola a été une claque salutaire. Après, l’oeuvre d’un penseur, aussi exceptionnelle soit-elle, ne remplace pas celle d’un maître spirituel. Mais y’en a-t-il ? Où sont les disciples du Christ ?