Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La perspective d’un pétro-rouble devient de plus en plus claire

J’avais promis d’arrêter d’écrire sur ce sujet jusqu’à ce que quelque chose de significatif se produise, et une journée entière s’est écoulée sans rien de significatif, mais maintenant il y a ceci. Les médias germanophones se sont déjà déchaînés ces derniers temps sur les futurs achats de pétrole et de gaz naturel. Comme l’Allemagne figure sur la liste des « pays inamicaux » de la Russie, elle ne pourra, comme tous les États de l’UE, acheter du gaz naturel russe qu’en roubles, et non en euros ou en dollars américains. Et maintenant, voici une nouvelle qui devrait rendre les têtes parlantes allemandes super-doublement folles :

L’Allemagne se retrouvera sans gaz russe parce que son contrat n’est pas conclu avec Gazprom mais avec sa filiale Gazprom Allemagne, que Gazprom a abandonnée.

Il y a à peine un jour ou deux, les responsables allemands déclaraient haut et fort que leur contrat avec Gazprom prévoit un paiement en euros ou en dollars, et que l’Allemagne ne paiera donc pas le gaz russe en roubles. Cela devait rendre les choses parfaitement claires. Cependant, le contrat de fourniture de gaz de l’Allemagne est conclu avec GAZPROM Germania GmbH, située à Berlin, et non avec la véritable Gazprom, dont le siège est à Saint-Pétersbourg ! Les autorités allemandes savent-elles seulement qu’il s’agit de deux organisations complètement différentes ?

Gazprom Germania GmbH est le siège du conglomérat diversifié Gazprom Germania Group, qui comprend 40 entreprises opérant dans plus de 20 pays en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. Jusqu’à vendredi, elle était une filiale à 100 % du groupe russe Gazprom. Vendredi, Gazprom s’est retiré de Gazprom Germania et n’a plus rien à voir avec son ancienne filiale berlinoise. Avec cela, Gazprom Germania a perdu tout lien avec le gaz russe. Pire encore, on pense qu’elle est insolvable et qu’elle risque de faire faillite dans quelques semaines, après quoi elle sera liquidée. Tous ses clients seront désormais obligés d’acheter du gaz à Gazprom Russie et de le payer en... roubles. Pas de roubles – pas de gaz !

Ayant imposé des sanctions anti-russes comme le lui demandait Washington, l’Allemagne a déjà gelé les réserves de change russes. Le plus grand centre de stockage de gaz du pays, à Rehden (Basse-Saxe), n’est rempli qu’à 0,5 % – un niveau historiquement bas. Jusqu’à ce vendredi, cette chambre forte, ainsi qu’un certain nombre d’autres installations situées à des points clés de l’infrastructure énergétique allemande, appartenaient indirectement à la société russe Gazprom, mais plus maintenant ! Si, auparavant, le gouvernement allemand menaçait de nationaliser les actifs gaziers russes sur son territoire, ces menaces sont désormais creuses. L’Allemagne n’a plus rien qu’elle puisse menacer de voler à la Russie pour l’obliger à continuer d’acheminer le gaz.

Au lieu de cela, les représentants de l’Allemagne doivent maintenant s’envoler pour Saint-Pétersbourg et négocier un nouvel accord avec Gazprom directement, en roubles. Sauf qu’ils ne peuvent pas non plus le faire ! Selon la Charte de l’énergie et le troisième paquet énergie de l’Union européenne, chaque fournisseur de ressources énergétiques de l’UE doit faire partie du système juridique de l’UE – peut-être pas directement, mais certainement par l’intermédiaire de filiales telles que Gazprom Germania GmbH. Ainsi, tous les contrats de Gazprom avec des acheteurs de l’Union européenne ont été signés par Gazprom Germania GmbH et ses autres filiales. Il ne pouvait en être autrement, car sinon les contrats seraient hors de la juridiction de l’Union européenne et les Européens considéraient cela comme inacceptable.

Mais maintenant, les Européens devront venir en Russie et signer des contrats en droit russe, avec un paiement stipulé en roubles. Bien sûr, la Commission européenne n’acceptera jamais cela... et nous devons maintenant attendre avec impatience de voir à quelle vitesse ce « jamais » prendra fin.

À propos, Rosneft Deutschland, la filiale allemande du géant pétrolier russe Rosneft, est désormais elle aussi orpheline. Il semble que les anciens partenaires de la Russie (devenus des « nations inamicales ») ne soient pas seulement déplacés vers le rouble pour le gaz, mais aussi pour le pétrole. Compte tenu de la pénurie actuelle de gazole en Europe, la perspective d’un pétro-rouble devient beaucoup plus claire que ne le souhaite l’Europe.

Dmitri Orlov

Du même auteur, sur E&R :

 
 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2939868

    Cette évolution de la situation — qui risque d’être très dure pour l’Allemagne et par contre-coup pour l’UE —, conséquence du soutien militaire de l’Allemagne au régime ukrainien, est bien congruente avec ce que révèle l’historienne Annie Lacroix-Riz — notamment le désir toujours renouvelé, de la part du pouvoir industriel et politique de l’Allemagne et des Etats-Unis, de faire chuter la Russie et de s’approprier ses ressources en matières premières, ce qui induisit l’élaboration de projets de renversement des fronts à l’été 1944, de la part des alliés, pour attaquer la Russie... et qui s’est encore manifesté dans cet épisode avec l’Ukraine, instrumentalisée —, cf. la vidéo (durée 1:13:49) titrée « USA-UKRAINE : LA RELATION SECRÈTE - MICHEL MIDI AVEC ANNIE LACROIX-RIZ », publiée le 5 avril 2022 sur la chaîne Youtube Investig’Action.

     

    Répondre à ce message

  • #2939876

    dans l’article précédent de Dmitry Orlov sur le même sujet, il avait la conclusion suivante :

    ” La question reste ouverte de savoir si l’un d’entre eux parviendra un jour à réaliser que son véritable ennemi n’est pas la Russie (qui lui fournit de l’énergie) ou la Chine (qui lui fournit toutes sortes de produits manufacturés), mais les États-Unis, qui lui procurent de l’insécurité, n’a plus besoin de lui et n’hésite pas à le laisser mourir juste pour contrecarrer la Russie et la Chine. Aux yeux des États-Unis, l’UE est pire qu’un ennemi ; c’est un concurrent pour des ressources rares et en voie de disparition. Elle est également grosse, molle et dirigée principalement par des idiots – une victime expiatoire idéale pour l’autel en ruine de la domination mondiale américaine.”

    on ne peut pas résumer mieux le suicide européen causé par leur servilité sans limites envers les yankees.

     

    Répondre à ce message

  • Poutine c’est vraiment un chef !

     

    Répondre à ce message

  • Arch...Le gazeuuu.. touchour grosssse malheuuuur pour la grosse Bertha !

     

    Répondre à ce message

  • #2939906

    c’est incroyable à quel point les européens de l’ouest ont perdu leurs visions stratégiques.
    pendant 5 siècles l’europe a dominé le monde.
    cette page de histoire se tourne.
    l’europe devient un continent à conquérir et à coloniser comme le fut l’asie, l’amérique ou la chine entre le 15eme et le 20eme siècle.

     

    Répondre à ce message

  • #2939922

    Plus d’armée et plus de gaz, la France peut envahir l’Allemagne jusqu’à Berlin ouest !!!!

     

    Répondre à ce message

  • #2940089
    Le 10 avril à 20:56 par SOVIET SUPREM
    La perspective d’un pétro-rouble devient de plus en plus claire

    90 % des allemands sont des mondialistes, une bonne baffe s’impose aussi sur cette pop de moutons !

     

    Répondre à ce message

    • #2940707
      Le 11 avril à 20:06 par Mylord Micochon
      La perspective d’un pétro-rouble devient de plus en plus claire

      Ne soyez pas trop dur avec les schleus, il y 75 ans qu’ils sont occupés par les Yankees, américanisés, tordus, aculturés. La France, hélas suit le même chemin mais depuis moins longtemps. Une fois les esprits pollués par l’avalanche de merde d’outre Atlantique, les défenses immunitaires sont au fonds des chaussettes. Gloire à l’Amérique du Nord, nous allons devenir des Trudalo-bideniens de première bourre.

       
  • #2940092

    Les USA ont accru l’achat de pétrole russe de 40%, il vendront ce pétrole ou ce gaz aux européens. Beaucoup pensent que c’est du pétrole ou du gaz puisé aux USA, en réalité c’est faux ils achètent et le revendent plus cher sur le marché. C’est le nouvel ordre mondial, les citoyens sont des esclaves à payer le chaos de ces élites.

     

    Répondre à ce message

  • #2940182

    Magnifique...qu ils paient leurs roubles en or etc et que la Russie recupent et surcompense les vols des suppots des dirigeants USA et city....et que la Chine fasse vite un saut qualitatif encore plus haut que je vois une fois de plus le cynisme des USA qui negocieront contre les européens et bien sûr etranglerons tous leurs vassaux ....

     

    Répondre à ce message

  • #2941071
    Le 12 avril à 14:25 par nicolasjaisson
    La perspective d’un pétro-rouble devient de plus en plus claire

    L’idée du pétro-rouble est tout de même curieuse de la part de gens qui étaient tellement critiques vis-à-vis du pétro-dollar. Apparemment, c’est le changement de devise qui crée la vertu, à défaut de créer la valeur. On oublie un peu vite que la valeur du pétro-dollar n’était pas tellement liée au volume de pétrole échangé en dollar, mais plutôt au volume de transactions générées par le dollar collatéralisé par le pétrole. Autrement dit, les pays qui avaient des réserves en pétrole à négocier sur le marché acquéraient le droit d’accès aux liquidités en dollars, sous la forme de prêts des banques américaines pour financer leur économie ou de prêts générées par les banques locales ou résidentes dans la monnaie américaine, ce qui avait pour effet de démultiplier les capacités de financement de leurs économies. A une époque où le monde essaie de se passer des énergies carbonées, cela n’est pas nécessairement aussi vrai en termes de valeur du collatéral commodities.Il n’est pas sûr que le changement de devise pour échanger le pétrole ait encore du sens pour la Russie. Celle-ci est en effet encore très dépendante des technologies occidentales pour l’exploitation de ses gisements pétroliers et gaziers, en particulier pour la production et le transport de GNL
    L’Occident avait empêché l’Iran de construire trois unités de production GNL dans le Golfe Persique, du fait des sanctions frappant les équipements nécessaires qui étaient importés d’Occident. Alors certes le rouble a pris de la valeur par rapport au dollar, mais essentiellement du fait de la spéculation sur le marchés et non du fait de la demande en devises liée aux hydrocarbures. Se limiter aux revenus pétoliers n’est pas une solution pour la Russie qui n’a pas les moyens de démultiplier la masse monétaire en moyens de financement générés par les banques, dont les les taux restent prohibitifs. Il faut noter aussi que les technologies numériques liées aux systèmes de paiement proviennent avant tout des Etats-Unis et de l’Europe avec l’aide la Chine, mais qui reste encore un acteur mineur sur le marché russe. Là encore, la Russie a perdu ses ressources humaines en informatique qui sont parties se vendre dans les pays occidentaux. Le déficit de valeur du rouble se trouverait donc davantage dans le capital humain qui n’est pas suffisamment mis en valeur dans les entreprises privées, en mal de financement, que dans les réserves pétrolières ou gazières converties en valeur monétaire sur les marchés.

     

    Répondre à ce message

    • #2941385
      Le 13 avril à 07:14 par Jérômeproudhon
      La perspective d’un pétro-rouble devient de plus en plus claire

      Oui ,mais ce qui est incompréhensible, c’est que Poutine lui-même a reconnu que le peuple russe allait souffrir, que les sanctions auraient un gros impact, et les sanctions ne font que commencer. Je peux comprendre le combat russe géopolitique, métaphysique, mais je ne peux comprendre ceux qui écrivent ou pense que c’est rien pour la Russie, bravo Poutine, c’est pas bravo, il a prévenu de la souffrance à venir, de plus, la part de gaz russe vendu en occident va diminuer très rapidement ,et l’inde, la Chine l’acheteront à prix uber, c’est écrit noir sur blanc dans le plan. Peut-être en yuan et en roupies, alors faut vraiment m’expliquer ?

       
Afficher les commentaires précédents