Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La pornographie, grande oubliée de la lutte contre la traite des êtres humains

Le 18 octobre aura lieu la 15e Journée européenne contre la traite des êtres humains. Pour le chercheur Nicolas Bauer, certains excès de la pornographie pourraient l’assimiler à une forme de traite, laquelle est interdite par le droit international.

 

Nicolas Bauer est chercheur associé au European Centre for Law and Justice (ECLJ) et doctorant en droit à l’université de Strasbourg.

La production pornographique est souvent critiquée lorsqu’elle est accessible aux enfants ou génère des addictions. Il est en revanche plus rare que l’on s’intéresse de près à la condition de ceux que l’on appelle maintenant les « travailleurs du sexe ». En avril 2021, le leader français du « porno » Dorcel (Fils d’un tailleur hongrois, Marc Dorcel est né le 27 mars 1934 à Paris - NDLR E&R) a cherché à promouvoir une « Charte déontologique de la production X », visant à fixer un cadre protégeant ces personnes. Il s’agissait alors de faire oublier la mise en examen de producteurs et collaborateurs de Dorcel pour viol, proxénétisme aggravé et traite d’êtres humains aggravée, trois mois après une enquête similaire visant le site « Jacquie et Michel ».

Prostitution et pornographie ont plusieurs points communs. Dans les deux cas, les corps sont loués, en échange d’argent, pour le plaisir d’autrui.

Au-delà de ces plaintes d’actrices, des associations féministes comme le Mouvement du Nid dénoncent l’existence d’un problème systémique de traite d’êtres humains dans l’« industrie du sexe ». Pour lutter contre la traite, un cadre juridique complet s’est développé ces deux dernières décennies, au niveau international, puis européen. Néanmoins, son potentiel contre les excès de la pornographie est largement sous-exploité, car il se heurte à un tabou. Il n’est pas exagéré d’affirmer que la pornographie est la grande oubliée de la réflexion juridique et politique sur la traite des êtres humains.

[...]

Il existe une profusion de rapports des instances des Nations unies et du Conseil de l’Europe sur la traite des êtres humains, en particulier la prostitution, mais aucun ne s’intéresse de près à la pornographie. Pourtant, prostitution et pornographie ont plusieurs points communs. Dans les deux cas, les corps sont loués, en échange d’argent, pour le plaisir d’autrui. Pornographie vient du grec πόρνη [pórnê], qui veut dire « prostituée » ; il n’est d’ailleurs pas rare que les actrices pornographiques se prostituent ou aient été prostituées par le passé. Certaines activités, comme celle des « camgirls », correspondent à la fois à de la prostitution et à de la pornographie. Le sociologue Sonny Perseil va jusqu’à qualifier la pornographie en général de « prostitution filmée ».

 

Lire l’article entier sur le site du Figaro

 


 

Pour une analyse approfondie, sociologique et marxiste :

Le monde malade du porno :

 






Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • "C’est comme la liberté d’être maigre en Somalie" hahahaha mais tellement.
    Je sais pas ce que je déteste le plus. Quand des hommes font l’apologie de la pornoprostitution et prostition, ou quand ce sont des femmes elles mêmes qui en font l’apologie.. . ? "C’est son libre choix". Quel mensonge
    Féminisme radical = abolition de la prostitution et pornoprostitution.

     

    Répondre à ce message

    • L’union indissociable d’amour (consenti, peu importe le degré d’influence des déterminismes sociaux qu’on ne peut ignorer) et validé par le sacrement du mariage est la version la plus équilibrée socialement de l’idée d’union qu’on puisse trouver, ce n’est pas le seul model, certes, mais de tous les modèles d’union c’est celui qui incarne la plus grande fidélité à la nature (un fruit reste un fruit jusqu’à sa décomposition à l’heure de la mort, il ne se change ni en fleur ni en abeille au milieu de son existence, tel est le message)

       
  • Quelqu’un pourrait avoir la gentillesse de me rappeler :
    1) Le nombre de connexions sur des sites pornographiques (dans le monde), chaque minute ?
    2) Est-il vrai que l’industrie du porno, est dans "top 5" de celles qui rapportent le plus de pognon ?
    D’avance merci !

     

    Répondre à ce message

  • En 2021 le concept de pornographie est tellement étendu en France et en occident, qu’il est très difficile à un homme de trouver une femme voulant construire une famille traditionnelle ; car, la liberté, c’est de coucher avec beaucoup de monde au nom de la liberté et de l’accomplissement de l’être.

     

    Répondre à ce message

    • #2827726

      l’inverse est vrai aussi... en tant qu’homme je ne vois guère l’intérêt d’assumer des responsabilités familiales. Surtout que les femmes modernes veulent "faire un bébé toutes seules", et assumer tout en tant que mère célibataire ! ... c’est tout bénèf’ !

      La situation de père de famille n’est guère enviable dans la société actuelle. Aussi bien au niveau des contraintes économiques que des contraintes morales. A fortiori s’il est plaisant physiquement et culturellement, un homme n’a pas spécialement intérêt à se transformer en père de famille. Il peut mener sa vie ailleurs, et aura plus de valeur hors du système matrimonial et de l’emploi salarié.

       
  • #2827634
    Le 16 octobre à 11:51 par allumons des feux, allumoooons des feux
    La pornographie, grande oubliée de la lutte contre la traite des êtres (...)

    « Le réel est toujours beaucoup plus riche, plus profond, plus intéressant que la fiction. » - Soral
    et plus loin
    « (...) la fiction est peut-être la manière la plus fine de raconter le réel. »

    Le réalisme serait-il trop "réel" ?

     

    Répondre à ce message

    • Vous croyez avoir mis le doigt sur une contradiction ?
      Auriez-vous manqué quelque transition...
      La dialectique, ah !
      Mais peut-être ne vous ai-je pas compris ?
      C’est le risque, lorsqu’on la joue elliptique.
      Bref. Si l’aimez, l’ellipse :
      " Je suis un chroniqueur." Céline

       
  • Le problème est que la pornographie se cumule aujourd’hui avec toutes les formes de prostitution et de vraie prostitution, alors qu’il y a une liberté sexuelle quasi totale, en fait le sexe est partout et il atteint maintenant on le sait les enfants. La pornographie et le travail du sexe est une industrie fort lucrative et forcément il y a de la souffrance derrière, drogues, violences, exploitation, en plus de détruire les rapports humains, elle détruit l’amour qui en fait n’a rien à voir avec le sexe, de plus le porno met en scène ce que l’être humain a de plus intime et sacré, son propre corps , il est dégradant et destructeur , le résultat est la solitude le manque de confiance et même la dépression qui concerne tant de jeunes aujourd’hui, c’est catastrophique ! Dans la première vidéo A Soral explique bien l’injonction que les jeunes filles ont eu à partir des années 70, et la différence d’approche de la sexualité entre les deux sexes, et si la pornographie a été volontairement répandue jusque dans chaque foyer ce n’est pas par hasard , c’était déjà le but de detruire la famille, le couple, la dualité et spécificité hommes femmes et au final tout detruire...ils peuvent se réjouir, ils y sont arrivés, l’ingénierie sociale a présenté ce nouveau monde extrêmement malsain et toxique comme une libération, ça ne vous rappelle rien le pass sanitaire c’est la liberté, la drogue, c’est la liberté, le porno, c’est la liberté, être transgenre à 3 ans c’est la liberté !? Et bien non la liberté d’un être humain, ce n’est pas ça .

     

    Répondre à ce message

    • Le porno c’est surtout un gros bizzness et les intervenants de tous les niveaux y ont trouvé un eldorado qui répond à une demande d’excitation surtout ... des 2 sexes d’ailleurs .
      Pas certain qu’il y ait un quelconque projet piloté derrière tout ça , du gros pognon oui et l’envie de baiser sans limite !

       
    • Mon cher Franck, crois-tu sincèrement qu’il n’y a pas de projet vengeur dans la pornographie en plus de l’enrichissement quand on connaît qui tient Mindgeek la société qui chapeaute les sites pornographiques les plus notoires ?
      Ces sites qui font la promotion de l’’’interracial’’ avec hommes de couleurs dérouillant des femmes blanches, des titres tels que ’’les femmes françaises sont des prostituées’’, des catégories du domaine de l’inceste, des dégradations en tous genres. Je suis persuadé qu’’ils’’ se délectent d’avoir avili l’Occident chrétien à un point jamais vu dans l’histoire tout en devenant richissimes.

       
    • Canal + était en difficulté financière à son démarrage et avait décollé en diffusant des films pornos, au début des années 80. Ils avaient pour ce faire contourné la loi qui interdisait la diffusion de ce contenu sur un réseau national.
      On voit le chemin parcouru depuis avec l’avènement d’internet.
      Segolene Royal avait d’ailleurs dénoncé le procédé quelque temps plus tard, sans résultat évidemment, si ce n’est de faire ricaner toute la fine équipe du quai André Citroën.

      C’est si bon de rire parfois : pourquoi une mère juive regarde t elle un film porno jusqu’à la fin ?
      Elle veut savoir si la fille va se marier.

       
  • #2827729

    il faut voir comme va évoluer la "question pornographique"... dans le contexte d’évolution interne du système, et du retour à un certain puritanisme, l’idéologie dominante va forcément devoir évoluer sur la question. C’est devenu trop contradictoire avec l’idée de limitation (écologique, financière, féministe, décoloniale, etc.).

    Je dis cela sans sympathie particulière avec la pornographie que je ne confonds pas avec l’érotisme.

    Le problème est qu’on risque de nous interdire l’érotisme et la sensualité, expression de la liberté française, en même temps qu’on liquide l’industrie pornographique.

     

    Répondre à ce message

  • #2827738

    n’oublions pas que toute l’industrie du porno tombe en fait sous le coup des lois... Au moins sur trois points (si j’ose dire !) :

    - prostitution et proxénétisme concernant les tournages et les contrats d’acteurs.

    - mise à disposition d’images pornographiques envers des mineurs, concernant les sites et l’ensemble des serveurs et réseaux internet.

    - non respect du droit d’auteur concernant le repiquage d’oeuvres protégées par les sites de masse.

    Cela veut dire que l’industrie pornographique est en fait entièrement sous une épée de damoclès... et cela volontairement de la part du Pouvoir. Ils "laissent-faire" depuis Giscard, dans le cadre du capitalisme du désir, et afin de détruire et écraser la société. Mais du jour au lendemain, ils peuvent mettre en prison tous les agents de ce système quand ils ne serviront plus. Rien n’est un hasard.

     

    Répondre à ce message

  • trop de porno c’est trop de masturbation .Trop de masturbation c’est trop d’ejaculation. Or soit les testicules produisent du sperme soit elles font de la testosterone. Trop d’ejaculation c’est trop de sperme a renouveler et donc moins de testosterone de produite. Plus de testosterone c’est plus de volonte,d’ambition d’envie de se bouger le cul. Par contre faut se mettre a la muscu pour stocker cette testosterone dans les muscles et pour pas qu’elle se degrade inutilisee dans notre corps.

     

    Répondre à ce message


  • Le 16 octobre à 21:15 par Benichou

    Mon cher Franck, crois-tu sincèrement qu’il n’y a pas de projet vengeur dans la pornographie en plus de l’enrichissement quand on connaît qui tient Mindgeek la société qui chapeaute les sites pornographiques les plus notoires ?
    Ces sites qui font la promotion de l’’’interracial’’ avec hommes de couleurs dérouillant des femmes blanches, des titres tels que ’’les femmes françaises sont des prostituées’’, des catégories du domaine de l’inceste, des dégradations en tous genres. Je suis persuadé qu’’ils’’ se délectent d’avoir avili l’Occident chrétien à un point jamais vu dans l’histoire tout en devenant richissimes.



    Franchement je ne suis pas sûr , il n’y a qu’à voir le nombre de vidéos faites par des amateurs pour des amateurs , et le black qui démonte la blanche c’est un fantasme de mari candauliste surtout , ça se passe tous les samedis soirs en clubs libertins ou en privé ... (et leurs femmes adorent en plus lol )
    Après je ne dis pas que les réalisateurs et producteurs de films industriels dont tu parles ne sont pas des gros tarés pervers qui traitent les femmes comme à la boucherie avec des acteurs mâles dopés à la pillule bleue , c’est en fait la demande de beaucoup de frustrés conjugaux qui ont besoin de se venger EUX là je suis d’accord , mais penser que c’est un projet stratégique ... mouais ... ils répondent à un marché , celui de la frustration et de la misère sexuelle .
    Mais bon tout est possible je ne suis pas fermé , je trouve juste que parfois on voit trop de complot sur des choses bien plus simples que ça . ;-)

     

    Répondre à ce message

  • L’image choisi nous renvoi directement au "récentisme".
    A l’image de ce qu’imaginaient les italiens du 18eme siècle, de la Rome antique .
    Nul pars ailleurs, il n’a été trouvé de tels images dans la république ou l’empire de Rome, sinon à "Pompei".
    [ les Romains dessinaient beaucoup mieux que ce dessin de "bordel du 18eme".
    Mais ceux qui croient en la décadence romaine s’en réjouissent ]

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents