Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"La science gagnera"

La déification de la science, partie I

Cet article est la première partie d’une série de deux, consacrée à la déification de la science dans le domaine de la santé. La vidéo promotionnelle qui suit est une façon d’aborder le versant théorique de notre sujet. Pour commencer, jouez le jeu d’entrer dans l’ambiance de ce spot publicitaire. Ici, nous avons un produit à vendre – la marque Pfizer – et une histoire à raconter. On pourrait se laisser indéniablement divertir par le côté « humour au second degré », mais la vidéo véhicule des croyances solidement ancrées, que nous avons peut-être intériorisées malgré nous, et avec lesquelles il devient urgent de prendre de la distance.

 

« Pour protéger l’humanité des maladies, demandez à la science... »

La science est personnifiée dès la première phrase. Elle est cette figure d’autorité à qui l’on doit « demander ». La mission est de la plus haute importance : « protéger l’humanité des maladies », rien de moins. La tournure impérative, qui permet de faire passer un ordre pour un conseil, est une manière d’entériner une adhésion – supposée spontanée – au narratif.

Sauf que – comme on dit – l’humanité n’est pas un organisme. Souhaiter protéger l’humanité, c’est souhaiter protéger chacun des membres qui la compose, sans en perdre en route. Or on ne peut partir du postulat que tout le monde est à la même enseigne. Les riches et les pauvres, les biens nourris et les affamés, les citoyens libres et les habitants de zones de conflits, n’aurons pas à souffrir du même degré d’atteinte de leur capital santé. Sur ce registre, il vaudrait mieux demander à madame Justice sociale plutôt que madame la Science. Ou a monsieur Budget à la fin du mois. Le recours à la science permet ainsi de circonscrire la santé au seul domaine de compétences techniques ou des avancées de la recherche, en excluant tout autre déterminant. « Demander à la science » permet ainsi d’éclipser le politique.

D’autre part, même en imaginant que l’on puisse parler de l’humanité comme d’une seul corps, il est tout autant irréaliste de penser lui éviter les maladies. Ou le stress. Ou les peines de cœur. Car la seule chose que l’on ne puisse pas faire pour nos proches, c’est bien de leur éviter de mourir ou de souffrir. En revanche, il est tout à fait possible de mettre en place un système de soin performant, peu cher, local et accessible, avec par exemple les médecins généralistes en première ligne à qui on laisse la possibilité de faire leur travail. Dans ces conditions, on peut soigner, réduire les souffrances, améliorer le confort de vie. Or, pour cela, nous n’avons pas besoin de progrès scientifiques. Sans vouloir reparler de molécules peu chères qui soignent, tout est déjà bien accessible.

Le scénario démarre donc sur le postulat que la science est le seul garant, le seul ingrédient d’une bonne santé, ce qui n’est évidemment pas le cas. Mais ce faisant, les puissants transforment la science en caution intouchable pour promouvoir l’objectif respectable, mais particulièrement mal posé, de « nous protéger des maladies ».

« La science progresse, car elle avance sans relâche... »

Tautologie ! Ces constructions linguistiques jouent le rôle de boucles d’auto-renforcement, pratique très utilisé en hypnose par exemple pour marteler un message. En somme, s’il y a du progrès, il y a de l’espoir, et on peut même s’attendre à une fin heureuse. Une façon de dire : « Soyez patient, attendez jusqu’au bout la fin de l’histoire ».

« Elle n’abandonne jamais, elle n’a de cesse de chercher jusqu’à trouver des réponses... »

Nous montons d’un cran dans le recours à l’imaginaire. La science n’est plus une simple personne, elle devient une figure mythologique absorbée dans sa quête sacrée. Une guerrière capable de sacrifice ou une sportive de l’extrême qui ira jusqu’au bout de sa mission, quoi qu’il lui en coûte !

Malheureusement, cela nous mène au délire réductionniste qui n’a pas de fin. C’est ce qu’on appelle, avec John Barrow, l’entonnoir réductionniste [1]. Il restera en effet toujours quelque chose à disséquer, à décortiquer au plus profond de la cellule, de la mitochondrie ou du brin d’ADN. Avec l’espoir secret que le dernier rouage finira par tout expliquer du fonctionnement vital. En réalité, si ce type d’annonces fait miroiter des réponses à venir, elle ne fait qu’engendrer une succession infinie de questions, toujours plus nombreuses et toujours plus complexes. Plus on avance, plus l’horizon recule ! À ce régime, la science, pour trouver ses réponses finales, risque fort de chercher longtemps ! Car les réponses, puisqu’il y en a, sont toujours transitoires et imparfaites, laissant la perspective d’une mise en abîme vertigineuse. Or ce qui peut être très stimulant pour l’esprit d’un point de vue intellectuel devient vite déprimant au quotidien, dans le registre de la gestion de sa santé défaillante. Ce que cette escalade illustre, c’est que le mystère de la vie et les lois qui gouvernent la santé ne peuvent être révélés d’une manière séquentielle ou matérialiste. Il est sans doute temps de considérer l’impasse dans laquelle nous nous trouvons, pour envisager d’autres façons fonctionnelles de pratiquer la médecine.

« La volonté de guérir de la science est plus forte que la volonté d’exister des maladies »

Ici, nous basculons dans une dimension poétique, très peu compatible avec la science. La posture épistémologique de la science promeut en effet l’objectivité et la neutralité comme norme garantissant le caractère proprement scientifique d’un travail. La volonté est un phénomène humain, pouvant produire son effort dans une direction ou dans une autre, en fonction de ses priorités. Ceci est valable au niveau personnel, comme au niveau politique. La science au contraire n’a pas, ou ne devrait pas, avoir de volonté. Mais peu importe la rigueur, nous ne sommes plus à cela près ! Nous sommes les spectateurs de la mise en scène d’un combat mythique où les maladies – personnifiées elles-aussi – sont de méchants géants à combattre. Le scénario est bien construit. Il permet de contourner la question des choix stratégiques en matière de politique de santé en montrant une lutte héroïque contre des ennemis facilement identifiables. Et il est bien connu que tout héros attire ses supporters. Revoyez tous ces applaudissements aux fenêtres : comment y résister ?

« Demandez à celles qu’elle a éradiqué... »

Le conte continue de générer des images mentales. Les maladies éradiquées, surveillées par les gardes de la science ont perdu de leur superbe. Dans ce combat, il y a eu des vaincus – les maladies – et le vainqueur, la science. Pourtant, les maladies éradiquées grâce à la science ne sont qu’un mythe de plus. On sait maintenant que l’eau potable et l’hygiène ont fait beaucoup plus pour la disparition de certaines maladies. Et que d’autres contenues un temps, par exemple grâce aux antibiotiques, sont reparties de plus belle. Même chose avec les campagnes de vaccinations classiques, notamment contre la rougeole [2]. On a assisté à des flambées de cette maladie sous couverture vaccinale quasi totale. Ce que cette métaphore véhicule, c’est l’idée que les maladies sont des entités extérieures, venant s’accrocher sur le malade qui les a malencontreusement « attrapées ». Il faut rappeler que cette façon de concevoir la santé est parfaite pour le commerce, qui peut ainsi proposer autant de médicament qu’il existe de maladie, voire plus. Et qu’elle correspond à une tournure de l’esprit humain, qui préfère nommer la maladie à combattre plutôt que de la concevoir comme partie dysfonctionnelle – mais intégrante – de soi. En réalité, les maladies n’existent pas sans nous. Car la santé est un processus, un état qui s’améliore ou se détériore en permanence en fonction de nombreux facteurs. D’un point de vue hygiéniste, nous fabriquons notre santé et notre maladie tous les jours. Nous avons bien sûr une certaine marge de manœuvre pour mener une vie saine et contribuer à notre santé. Mais le point de vue s’élargit forcément pour inclure des strates où nous perdons la main : une situation financière fragilisée par une longue période de chômage, une panique collective créant de l’insécurité, une période de guerre... L’étiquette de la maladie est tellement réductrice ! La « maladie », ainsi que la définition qu’on lui donne, n’est que la manifestation visible de cette détérioration. Malgré des références constantes aux étiologies, la médecine se contente bien souvent du traitement des conséquences finales de cet état pathologique, en ignorant les étapes invisibles de sa progression antérieure. C’est une limite très handicapante, d’autant plus quand d’autres façons de soigner fonctionnent.

« Mais la science est humble... »

Difficile à croire face au ton et à la grandiloquence de cette vidéo ! C’est l’industrie pharmaceutique qui devrait rester humble face au nombreux échecs présentés initialement comme des triomphes de la science !

« Elle ne se repose jamais car elle doit se réinventer chaque jour, faire ses preuves en permanence. Jusqu’à ce que la science découvre, rien n’est acquis. »

Quoi de mieux pour développer un business que de se réinventer chaque jour ! Nous avons là la recette pour mettre en place une obsolescence programmée et attendue en matière de médicament. « Devoir faire ses preuves en permanence », au-delà du style très « téléréalité » de la formule, contient la promesse de la mise sur le marché constante de nouveautés. Le comble est que cette actualité renouvelée satisfait autant le portefeuille du fabricant que la demande d’un public friand de progrès scientifiques. Chaque « sortie » médicale est une petite dose d’espoir en comprimé ou en intraveineuse. En réalité, le discours joue éternellement sur la même ambiguïté en détournant la science de son objet premier. La science n’a ni bras ni jambes, ni volonté, on l’a dit. Elle observe le monde pour en tirer des lois générales. Elle établit des liens entre des séries de faits, des relations entre les phénomènes. Or, si les lois physiques sont connues et acquises, le vivant n’y obéit pas. Tout corps plongé dans un fluide reçoit toujours une poussée inverse égale au poids déplacé, mais en revanche tout le monde ne tombe pas malade de la même manière. Si certains flottent, d’autres se noient. Ce qui n’est pas acquis, ce qui reste aléatoire, c’est l’efficacité des traitements. La firme pharmaceutique espère toujours, sur la base de ses essais plus ou moins bien menés, que son petit dernier va faire un blockbuster, tandis que, dans la vraie vie, les malades en font régulièrement les frais. En général, la durée de leur exploitation dans le temps est inversement proportionnelle aux inévitables effets secondaires. Quoique le récent scandale des opioïdes aux États-Unis soit un sérieux contre-exemple ! Toujours est-il que c’est ainsi qu’est entretenue la confusion entre science et applications thérapeutiques monnayables.

« Nous pensons que la science peut guérir toutes les maladies. Et nous misons tout sur elle, parce qu’à la fin, la science triomphera. »

La conclusion est peut-être la partie la plus inquiétante de la vidéo, qui sonne comme l’annonce du transhumanisme à venir. Non pas qu’il soit réaliste que la science triomphe des maladies. Mais il est facile de décrypter que ce type de discours accolé à la science en général se déplace déjà, doucement et insidieusement, jusqu’à la puce en particulier. De la même manière que le consommateur a été trompé sur la médicalisation comme voie de bonne santé, il est probable qu’il le soit encore sur les possibilités curatives d’implants et autre processeurs connectés. Et si d’aventure nous gagnions en forme grâce à la science, il resterait toujours le marché de la gestion du vieillissement ou de l’immortalité. Sans surprise, la liste des produits dérivés est longue... Nous n’avons plus de temps à perdre pour devenir responsables et autonomes en matière de santé. Beaucoup ont commencé cette transition depuis longtemps. Allez-y, il est encore temps.

– Béa Bach pour la Section Santé d’E&R –

 

Notes

[1] John Barrow, La Grande Théorie, Flammarion, 1996

[2] Nexus n°84, janvier/février 2013

Retrouvez Béa Bach, sur E&R :

 
 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2932967
    Le 29 mars à 01:27 par JL29
    "La science gagnera"

    Après avoir lu ce bel article, je me suis senti un peu ragaillardi, quoiqu’il en soit nous aurons grand besoin du soutien de la Transcendance ou de l’Esprit du monde, comme disait si bien Hegel, pour "sortir" de ce merdier planétaire dominé par le dieu Argent.

     

    Répondre à ce message

  • #2932978
    Le 29 mars à 03:52 par NoHope
    "La science gagnera"

    Il ne faut pas oublier que le capitalisme est passé par là.

    De plus en plus la science ne cherche plus à guérir mais à maintenir l’individu dans l’état où il est. Les médicaments sont autorisés sur les marchés non seulement quand il vous guérissent mais encore plus sûrement quand ils vous maintiennent stable tant que vous les prenez.

    Le but recherché, le Saint Graal, c’est la rente du médecin et du labo sur votre vie. En forçant le trait je pourrais inventer l’exemple d’un produit présenté comme un vaccin que l’on vous obligerait à vous injecter tous les 4 mois.

    La science gagne toujours à la fin, tout comme les labos !

    Mais comme on le sait tous, Pfizer est un laboratoire sérieux loin de ces considérations vénales.

     

    Répondre à ce message

    • #2933278
      Le 29 mars à 14:15 par Alquonquin
      "La science gagnera"

      "En forçant le trait je pourrais inventer l’exemple d’un produit présenté comme un vaccin que l’on vous obligerait à vous injecter tous les 4 mois."
      Si je rentre chez moi du taf un peu plus tôt et que je trouve mon meilleur ami en train de défourailler ma femme, la première chose qui me viendrait à l’esprit n’est pas de me dire qu’ils ont déconné ponctuellement mais plutôt :" Depuis combien de temps il se la fait ? Avec qui d’autre elle m’a cocufié ? ". Je pense que l’analogie avec les vaccins est facile à comprendre. L’argument anti-vax covid arn de ne pas vouloir l’appeler "vaccin" est repris très souvent par les nouveaux sceptiques. Ils devraient s’intéresser aux anciens vaccins, leurs effets secondaires multiples : autisme, sclérose en plaque, maladies neurologiques et troubles mentaux et cognitifs, allergies etc... Leurs compositions : aluminum, mercure (thymerosal), squalène, produits chimiques etc... Une étude italienne indépendante a découvert que tous les anciens vaccins (bcg, exavalent etc...) de tous les grands groupes pharmaceutiques contenaient plusieurs types de métaux lourds sous forme nanomériques, les seuls qui n’en contenaient pas étaient ceux destinés... Aux animaux. Les vaccins pour "humains" ne contenaient même pas l’antigène censé créer la réponse immunitaire. Je pense qu’il faudrait vraiment qu’on se demande depuis combien de temps notre meilleur ami "la science" nous "défouraille" sans qu’on ne s’en rende compte.

       
  • #2933022
    Le 29 mars à 07:32 par anonyme
    "La science gagnera"

    La pharmacologie, car c’est elle qui est en bout de ligne, vient de la ... nature. C’est donc la nature qui gagnera. Le scientifique ne fait que répliquer la nature.

     

    Répondre à ce message

  • #2933145
    Le 29 mars à 11:19 par Hilare
    "La science gagnera"

    A relier avec la récente édition Kontre Kulture de René Guénon, sur cette « recherche » indéfinie, caricature de l’infini.

     « Recherche » sans fin, car sans principe, qui revient à creuser l’Abîme. Tel le Christ, elle guérit tout - prodiges qui éblouiront même les élus ! - ... sauf l’Esprit. Et quand la « Bête » montera de la Terre, nous verrons qui est ce « génie humain » supposé vaincre à la fin des temps.

    Le 6, n’est-ce pas, est le chiffre de l’Homme, et la manifestation intégrale ; les six directions de l’espace... À l’exception du 7, qui est le Centre invisible, et sur qui tout repose. Que celui qui a des oreilles, qu’il entende !

     

    Répondre à ce message

    • #2933437
      Le 29 mars à 18:31 par Ami
      "La science gagnera"

      Pour préciser : pour René Guénon, le Sept est en fait le Zéro, qui est le Principe de toute manifestation. Le Zéro contient en puissance les "six directions de l’espace" (gauche, droite, avant, arrière, haut, bas), ce qui représente un cycle d’existence (comme le figure le Chrisme chrétien ou la Roue à six branches des Hindous). Le Principe est à la fois le Zéro et le Sept, l’origine et la fin de toute manifestation : "Je suis l’Alpha et l’Omega", dit le Christ.

      Lorsque le cycle s’achève, l’éloignement du Principe paraît maximal, d’où le 666, ou le 6 dans les trois mondes informel, subtil et matériel - ciel, mer, terre dans l’Apocalypse).

      De ce point de vue, la science est bien la "Sophia" qui s’est détourné du Principe, la Grande Prostituée avec qui ont couché tous les princes de la terre. A l’opposé, la Vierge Marie est "l’Epouse revêtue du Soleil", la manifestation restée fidèle à son Principe, et qui sera élevée vers lui à la fin des temps.

       
  • #2933252
    Le 29 mars à 13:31 par vladimirabelle
    "La science gagnera"

    On appelle "science" ce qui regroupe les savoirs produits par la recherche, mais seulement une partie de ces savoirs sont légitimés / institutionnalisés par une partie des chercheurs, appelée vulgairement par les médias "la communauté scientifique". Une vérité admise par la communauté scientifique d’aujourd’hui peut être exclue par la communauté scientifique de demain. Les nazis avaient bien légitimé tout un savoir scientifique autour de l’étude de la circonférence du crâne des juifs il me semble.

    Comprendre que les connaissances ne sont pas independantes des conditions de leur production. Quand Bill Gates investi massivement dans la recherche sur les vaccins via GAVI tout en subventionnant les grands médias occidentaux et les organismes de santé comme l’OMS, c’est sont fric et son idéologie malthusienne qui légitiment les connaissances produites pour les asseoir au rang de savoirs institutionnels et admis par la "communauté scientifique". C’est enfoncer une porte ouverte que de le dire mais encore trop de gens ne le comprenne pas et s’emprisonnent intellectuellement avec des expressions péremptoires du syle "La science a dit que" ou "le GIEC prévoit que".

    "La Science" ça n’existe pas, "Les Musulmans" ça n’existe pas et "Les Femmes" non plus. Ce sont des vocables qui englobent le réel par catégorie pour le simplifier et qui visent à soustraire aux gens leur capacité à penser de manière complexe et nuancée.

    Excellente étude de doc !
    Très juste de rappeler qu’il ne faut pas fétichiser l’innovation, qui n’est pas une bonne chose en soi car peut être une régression comme l’a bien montré la serie Black Mirror. L’invoquer comme justification ultime d’une pratique de soin ou d’une action de santé préventive n’est en rien légitime, evidemment !

     

    Répondre à ce message

  • #2933317
    Le 29 mars à 15:29 par Éric. Omar
    "La science gagnera"

    Je lis tjs les articles de Béatrice Bach. Les émissions sont très intéressantes

     

    Répondre à ce message

  • #2933347
    Le 29 mars à 16:16 par VORONINE
    "La science gagnera"

    " La république n’a pas besoin de savants "....C’esr par cette formule , un peu rude que Fouquier Tinville envoya à la guillotine Lavoisier qui sollicitait un report pour terminer ses travaux . Les "savants savaient tenir leur )place , en ce temps béni ou n’existait pas la télévision

     

    Répondre à ce message

  • #2933495
    Le 29 mars à 20:28 par Unité
    "La science gagnera"

    C’est un article intéressant, merci.
    En plus de dénoncer ces chiméres et poncifs avec pertinence, vous n’oubliez pas les questions sociales et psychologiques et vous esquissez aussi une critique du point de vue moderne à travers ces sujets. Bravo.

     

    Répondre à ce message

  • #2933761
    Le 30 mars à 10:54 par Inspecteur Kendall
    "La science gagnera"

    "Science sans conscience n’est que ruine de l’ âme"...

    Je ne me rappelle plus l’auteur de cette vérité première, mais si on ne prends garde aux délires de certains scientifiques (car je veux croire que beaucoup d’entre eux sont conscients des limites de leurs connaissances), on va droit dans le mur...

    J’estime qu’il y a des savants et leurs découvertes qui devraient être emmurés définitivement, tant leurs objectifs représentent une menace sur nos vies et nos libertés !

     

    Répondre à ce message

  • #2951344
    Le 30 avril à 06:17 par Sylfaën.H.
    "La science gagnera"

    La science est arrêtée depuis 1siècle, dévoyée par energie&Pétrole. Les "avancées" depuis ne sont dûes qu’à la Technique, qui n’a pas d’Ethique. Elle ne sert qu’à produire ... des produits, à vendre, pour faire se générer petit-bout-de-papier par banques centrales directement à "écosystème financiaro-économico-commercial" à la becquée ; sans aucun principe de précaution, puisque la Technique a son propre Vérificateur, qui n’est autre que La bÊte-(Fric+Pouvoir).
    Des gens comme Jancovici, comme autres Think-Tank évite scrupuleusement de tirer sur la Main qui le nourrit-(Fric). Le technicisme est la voie de la spécialisation, de l’innovation, de la consommation effrénée des ressources, pour jeter poudre-aux-yeux à nos gamins. A.Comte était le dernier à le rappeler : "une civilisation va à la synthèse, au risque de s’éthériser, se perdre". C’est par le transversalisme, la mise en analogie des disciplines, la recherche dans l’Enseignement de nos gamins, et l’usage de méthodes hors toutes légitimations par expériences, qu’une civilisation peut s’élèver. Le Numérique est l’aboutissement et la généralisation de la conformation des gens, des chercheurs. C’est un formatage civilisationnel où la compétition est POUR LE FRIC.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents