Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le système économique occidental touche à sa fin

Produire ne permet plus de vivre en Occident, tandis que la Chine est devenue « l’atelier du monde ». Seuls les détenteurs de capitaux font de l’argent, et beaucoup d’argent. Le système est sur le point de s’effondrer. Les grands capitalistes peuvent-ils encore sauver ensemble leur fortune ?

 

 

Déjà, au XVIIIème siècle, les économistes britanniques du capitalisme naissant s’interrogeaient autour de David Ricardo sur la pérennité de ce système. Ce qui rapportait énormément au début, finirait par devenir commun et par ne plus enrichir son homme. La consommation ne pourrait pas éternellement justifier la production de masse. Plus tard les socialistes, autour de Karl Marx [1], prédisaient l’inéluctable fin du système capitaliste.

Ce système aurait du mourir en 1929, mais à la surprise générale, il a survécu. Nous nous approchons d’un moment analogue : la production ne rapporte plus, seule la finance fait maintenant de l’argent. Partout en Occident, nous voyons le niveau de vie de la masse des gens baisser, tandis que le patrimoine de quelques rares individus atteint des sommets. Le système menace à nouveau de s’effondrer pour ne plus se relever. Les super-capitalistes peuvent-ils encore sauver leurs avoirs ou assistera-t-on à une redistribution aléatoire des richesses à la suite d’un affrontement généralisé ?

 

 

La crise de 1929 et la survie du capitalisme

Lorsque survint la crise de 1929 aux États-Unis, la totalité des élites occidentales fut persuadée que la poule aux œufs d’or était morte ; qu’il fallait immédiatement trouver un nouveau système, faute de quoi, l’humanité périrait par la faim. Il est particulièrement instructif de lire la presse américaine et européenne de l’époque pour saisir l’angoisse qui étreignait l’Occident. D’immenses fortunes avaient disparues en un jour. Des millions d’ouvriers se retrouvaient au chômage et connaissaient non seulement la misère, mais souvent la famine. Les peuples se révoltaient. Les polices tiraient à balles réelles sur les foules en colère. Personne n’envisageait que le capitalisme puisse s’amender et renaitre. Deux nouveaux modèles furent proposés : le stalinisme et le fascisme.

Contrairement à l’image que nous en avons un siècle plus tard, à ce moment là tout le monde avait conscience des tares de ces idéologies, mais le problème le plus important, vital, était de savoir qui parviendrait au mieux à nourrir sa population. Il n’y avait plus ni droite, ni gauche, juste un sauve-qui-peut général. Benito Mussolini, qui avait été le directeur du principal journal socialiste italien avant la Première guerre mondiale, puis un agent du MI5 britannique pendant la guerre, devint le leader du fascisme, alors vécu comme l’idéologie qui allait donner du pain aux ouvriers. Joseph Staline, qui avait été bolchevik durant la révolution russe, liquida presque tous les délégués de son parti et les renouvela pour construire l’URSS, alors vécue comme une concrétisation de la modernité.

Aucun des deux leaders ne put faire aboutir son modèle : en définitive, les économistes doivent toujours céder leur place aux militaires. Les armes ont toujours le dernier mot. Ce fut donc la Seconde Guerre mondiale, la victoire de l’URSS et des Anglo-Saxons d’un côté, la chute du fascisme de l’autre. Il se trouve que seuls les États-Unis ne furent pas dévastés par la guerre et que le président Franklin Roosevelt, en organisant le secteur bancaire, donna une seconde chance au capitalisme. Les États-Unis reconstruisirent l’Europe sans écraser la classe ouvrière de peur de la voir se tourner vers l’URSS.

 

 

La crise après la disparition de l’URSS

Cependant lorsque l’URSS disparut, fin 1991, le capitalisme, privé de rival, retrouva ses vieux démons. En quelques années, les mêmes causes provoquant les mêmes effets, la production commença à décroitre aux États-Unis et les emplois furent délocalisés en Chine. La classe moyenne commença sa lente déchéance. Les détenteurs US de capitaux se sentirent menacés. Ils tentèrent successivement plusieurs approches pour sauver leur pays et maintenir le système.

La première fut de transformer l’économie des États-Unis en exportatrice d’armes et d’utiliser les Forces armées américaines pour contrôler les matières premières et les sources d’énergie de la partie non-globalisée de la planète utilisées par le reste du monde. C’est ce projet, l’adaptation au « capitalisme financier » (si cet oxymore a un sens), la doctrine Rumsfeld/Cebrowski [2], qui conduisit l’État profond américain à organiser les attentats du 11 Septembre et la guerre sans fin au Moyen-Orient élargi. Cet épisode donna vingt ans de répit au capitalisme, mais les conséquences intérieures furent désastreuses pour les classes moyennes.

La seconde tentative fut le frein aux échanges internationaux et le retour à la production américaine de Donald Trump. Mais il avait déclaré la guerre aux hommes du 11 Septembre et personne ne le laissa tenter de sauver les États-Unis.

Une troisième évolution a été envisagée. Il se serait agi de laisser tomber les populations occidentales et de déplacer les quelques multi-milliardaires dans un État robotisé d’où ils auraient pu sans crainte diriger leurs investissements. C’est le projet Neom que le prince Mohamed ben Salmane a commencé à construire dans le désert saoudien avec la bénédiction de l’OTAN. Après une période d’intense activité, les travaux sont aujourd’hui au point mort.

L’ancienne équipe de Donald Rumsfeld (dont les docteurs Richard Hatchett [3] et Anthony Fauci [4]) a décidé de lancer une quatrième option à l’occasion de la pandémie de Covid-19. Il s’agit de poursuivre et de généraliser dans les États développés ce qui a été initié en 2001. Le confinement massif des populations saines à poussé les États à s’endetter. Le recours au télétravail a préparé la délocalisation de dizaines de millions d’emplois. Le pass sanitaire a légalisé une société de surveillance de masse.

 

 

Klaus Schwab et la grande réinitialisation (Great Reset)

C’est dans ce contexte que le président du Forum de Davos, Klaus Schwab, a publié Covid-19 : The Great Reset. Il ne s’agit aucunement d’un programme, mais d’une analyse de la situation et d’une anticipation sur les évolutions possibles. Ce livre a été écrit pour les membres du Forum et donne une idée de leur niveau intellectuel lamentable. L’auteur enfile des poncifs en citant pêle-mêle de grands auteurs et les chiffres abracadabrantesques de Neil Ferguson (Imperial College) [5].

Dans les années 70-80, Klaus Schwab fut l’un des directeurs de la société Escher-Wyss (absorbée par Sulzer AG) qui joua un rôle important dans le programme de recherche atomique de l’Afrique du Sud de l’apartheid ; contribution qui eut lieu en violation de la résolution 418 du Conseil de sécurité des Nations unies. Il n’a donc aucune morale et peur de rien. Par la suite, il créa un cercle de chefs d’entreprise qui devint le Forum économique mondial. Ce changement de nom fut opéré avec l’aide du Centre pour l’entreprise privée internationale (CIPE) ; la branche patronale de la National Endowment for Democracy (NED/CIA). C’est pourquoi il était enregistré en 2016 au Groupe de Bilderberg (organe d’influence de l’OTAN) comme fonctionnaire international, ce qu’il n’a jamais été officiellement.

Dans son livre, Klaus Schwab prépare son auditoire à une société orwellienne. Il envisage tout et n’importe quoi jusqu’au décès par le Covid-19 de 40 % de la population mondiale. Il ne propose rien de concret et ne semble préférer aucune option. On comprend juste que lui et son public ne décideront rien, mais ils sont prêts à tout accepter pour conserver leurs privilèges.

 

Conclusion

Nous sommes à l’évidence au seuil d’un énorme chambardement qui balayera toutes les institutions occidentales. Ce cataclysme pourrait être évité d’une manière simple, en changeant l’équilibre des rémunérations entre le travail et le capital. Cette solution est pourtant improbable car elle impliquerait la fin des super-fortunes.

Si l’on garde ces données à l’esprit, la rivalité Ouest-Est n’est que superficielle. Pas seulement parce que les Asiatiques ne pensent pas en termes de compétition, mais surtout parce qu’ils voient agoniser l’Occident.

C’est pourquoi la Russie et la Chine édifient lentement leur monde, sans espoir d’y intégrer l’Occident qu’elles considèrent comme un prédateur blessé. Elles ne veulent pas l’affronter, mais le rassurer, lui prodiguer des soins palliatifs et l’accompagner sans le forcer lors de son suicide.

Thierry Meyssan

Notes

[1] Critique de l’économie politique, Karl Marx (1867).

[2] « La doctrine Rumsfeld/Cebrowski », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 25 mai 2021.

[3] « Le Covid-19 et l’Aube rouge », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 avril 2020.

[4] « Covid-19 : l’étau se resserre autour du docteur Anthony Fauci », Réseau Voltaire, 7 octobre 2021.

[5] « Covid-19 : Neil Ferguson, le Lyssenko libéral », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 avril 2020.

À voir, en complément :

 
 






Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2829448
    Le 19 octobre à 20:30 par ramzi
    Le système économique occidental touche à sa fin

    La deuxième partie de l’article est très discutable. Les détenteurs de capitaux n’ont jamais cherché à "sauver leur pays", ils sont apatrides et c’est bien pour ça qu’ils ont toujours délocalisé à tour de bras pour maximiser leurs profits.

    Quant à la fausse pandémie elle s’est faite par dessus les peuples et avec la collaboration active des Chinois et la complicité des Russes.

    La finance mondialiste ne connaît pas les frontières, sauf quand il s’agit d’opprimer les populations.

    Et Trump aussi fait partie du jeu.

     

    Répondre à ce message

  • #2829484
    Le 19 octobre à 22:28 par Monde en péril
    Le système économique occidental touche à sa fin

    Merde ! Pardon, la conclusion est assez dure mais si c’est pour servir d’électro-choc afin de réveiller les esprits endormis, l’effet est réussi.
    Monsieur Schwab si vous lisez cet article, la balle est dans votre camp, celui de l’oligarchie mondialiste ultralibérale, c’est à vous de jouer, de corriger le tir tant qu’il est encore temps, avant que la situation devienne incontrôlable. Car si jamais ça partait en vrille, on ne sait jamais, vous risqueriez d’y passer, vous aussi, comme les autres (les pauvres), même pas sûr que vous et moi ferions partie des éventuels survivants après la catastrophe...
    Excellent article ! Faut pas baisser les bras.
    Merci à Thierry Meyssan

     

    Répondre à ce message

  • #2829499
    Le 19 octobre à 23:47 par La 3e
    Le système économique occidental touche à sa fin

    Très bon texte de Meyssan.

    La légende sous la première image attire mon attention :

    « La famine se répandit en Occident à la suite de la crise de 1929. Toutes les institutions furent menacées. Elles ne survécurent qu’à la faveur de la Seconde Guerre mondiale. »

    Est-ce que la crise covid tient lieu de 3e guerre mondiale ou après l’effrondement financier est-ce qu’il y aura une vraie guerre ? Meyssan écrit plus loin « ... les économistes doivent toujours céder leur place aux militaires. Les armes ont toujours le dernier mot. » C’est pas très rassurant.

    Quant à Neom, un état robotisé en plein désert saoudien et dont les travaux sont au point mort, ça me semble un projet mort né. Les multi-milliardaires iront plutôt se réfugier sur des îles isolées, comme la Nouvelle-Zélande, ou peut-être l’Australie, où on confine des villes entières pour un cas ou deux de covid.

     

    Répondre à ce message

    • #2829653
      Le 20 octobre à 10:07 par Bayinnaung
      Le système économique occidental touche à sa fin

      @ La 3e

      Est-ce que la crise covid tient lieu de 3e guerre mondiale ou après l’effrondement financier est-ce qu’il y aura une vraie guerre ?

      Mais la 3ème guerre mondiale a déjà eu lieu : au lendemain de 45 et de la bombe atomique, le capitalisme a mené la guerre (visant à détourner les peuples de la lutte des classes) contre l’URSS et la Chine. En raison de l’échec Vietnamien, les USA ont été obligés de programmer une fin à cette guerre froide qui était devenue aussi ingagnable que furent les conflits coréens et vietnamiens en jouant la Chine contre la Russie. Ce qui imposerait, le moment venu, de partager le podium avec l’un contre l’autre, tout comme les USA avaient partagé le podium avec la Russie à la chute du socialisme pan-germaniste.
      Cela a donné une belle illusion de victoire en 1990 avec des USA ayant mieux survécu à la crise du pétrole de 1973 que l’URSS, mais pour la simple raison que les USA s’étaient hissés sur les épaules du géant Chinois chez lequel il avait délocalisé toute sa production. Sans cela, la crise que subit l’occident actuellement aurait eu lieu dès les années 1970-80.
      La 2ème guerre froide, surnommée "war on terror", avait pour but de permettre à l’occident de tenir le moyen-orient producteur de pétrole & de gaz pour entraver la croissance de la Chine. Mais cela a échoué (la débâcle Afghane en est la preuve).
      L’occident ne peut plus empêcher la crise de son modèle de développement capitalo-oligarchique néo-féodal qu’elle n’a cessé de repousser depuis 1929.

      Les armes ont toujours le dernier mot. » C’est pas très rassurant.

      La peur de la guerre nucléaire est comme celle du réchauffement climatique. Une invention qui vise à vendre aux gens des abris anti-atomique ou à les maintenir dans la peur.
      L’occident n’a pas déclenché la 3ème en 45 alors qu’il avait la bombe et pas les Russes. Il n’a pas largué la bombe en Corée ou au Vietnam. Il ne risque pas de le faire maintenant que les malwares peuvent bloquer tout tir de missile, quel que soit le belligérant.
      Et ni nous, ni les Russes, ni les Chinois ne pouvons d’avantage faire une guerre "à l’ancienne". Il est fini le temps des générations sacrifiées dans les tranchées. La modernité à castré mentalement tous ceux qui étaient nécessaires à cela. Les états se contentent de forces spéciales et de forces de police, aujourd’hui.

      Quant à Neom...

      Sauf si l’Australie bascule à son tour dans le "populisme", mais je suis globalement d’accord avec votre remarque.

       
    • #2829901
      Le 20 octobre à 17:15 par La 3e
      Le système économique occidental touche à sa fin

      @Bayinnaung

      Je dois vous dire que je partage plusieurs de vos constats sans nécessairement en arriver à des conclusions définitives.

      Mais avant tout, quand je parle d’une 3e guerre mondiale, je pense à une 3e guerre sanglante généralisée comme les deux premières. On peut bien sûr décider par convention que la guerre froide d’après la Seconde et la guerre contre le terrorisme sont les 3e et 4e guerres mondiales. Ceci dit, je comprends que les peuples ne voudront pas servir de chair à canon comme les 2 premières grandes guerres et que les guerres de tranchées et d’occupation ne sont plus possibles (sauf l’occupation par ses propres forces armées !).

      En cette époque de guerre hybride, la propagande est l’arme de choix. Mais si les manipulations covid et réchauffement climatique ne créent pas assez de chaos permettant de créer leur ordre mondial, auront-ils recours au feu et au sang ? C’est là le sens de ma question et je suis bien conscient que personne ne peut y répondre. Alors, il vaut mieux ne rien anticiper et ne pas vivre dans la peur.

       
    • #2830082
      Le 20 octobre à 23:24 par Bayinnaung
      Le système économique occidental touche à sa fin

      Merci pour votre réponse.



      auront-ils recours au feu et au sang ?



      Ils y ont déjà eu recours : Irak, Libye, Syrie, Ukraine ... les foules occidentales préfèrent continuer à s’intéresser à leur pouvoir d’achat qui baisse qu’à la méchanceté du méchant Poutine, du méchant Xi Jinping ou du méchant Assad. Et ceux-là n’ont même pas l’idée de faire des trucs de méchants (genre, déclarer la guerre à l’occident directement) pour permettre aux élites de battre le rappel des troupes.
      Le réchauffement climatique, tout le monde s’en foutait, les attentats terroristes, les gens s’y sont résignés ... l’épidémie a un peu plus chauffé les esprits, mais ça ne peut pas être durable cette supercherie.
      Je suis d’accord qu’il ne faut pas être définitif, mais je pense que l’étape "recourrons à la violence pour solder nos problèmes" est déjà passée et a même été utilisée un peu trop pour que ça ne finisse pas par se voir.

       
  • #2829511
    Le 20 octobre à 00:42 par Effet papillon
    Le système économique occidental touche à sa fin

    L’occident est le moteur du monde, la guerre actuelle menée surtout par les USA (leadership occidental) aux usurpateurs et leurs doctrines (capitalisme ou socialisme) présage un renouveau historique. L’agonie se voit de plus en plus sur les agents de ce système de domination, Thierry Meyssan rallonge un peu plus la fameuse liste. Merci.

     

    Répondre à ce message

  • #2829525
    Le 20 octobre à 03:43 par Sortez du Système
    Le système économique occidental touche à sa fin

    Depuis quelques années, j’ai découvert plusieurs dizaines d’articles écrits par des entrepreneurs différents, de nationalité différentes, qui prouvent que le fait de créer une entreprise en Occident ne sert plus à rien, sauf à se ruiner la santé.

    Pour parvenir arithmétiquement à cette conclusion, il suffit de déduire des profits d’une entreprise
    - le montant de la totalité des prélèvements obligatoires auxquels elle est assujettie ;
    - le montant de l’impôt monétaire ( cet impôt est illégal puisqu’il ne figure dans aucun
    Code fiscal et dans aucun Code social ) qu’elle paye chaque année : 25 % du pouvoir d’achat de sa trésorerie conservée dans une monnaie fiduciaire ou scripturale ou numérique ( le cours d’une crypto-monnaie n’est jamais exprimé en grammes d’or mais en Euros ou en USD. Or, le pouvoir d’achat de l’Euro et du USD est une fonction décroissantes du temps depuis leur naissance respective. D’autre part, une crypto-monnaie ne vaut rien car il est possible de créer une infinité de crypto-monnaies ex nihilo. Il en existe déjà plusieurs milliers. De plus, je vous invite à essayer d’acheter un terrain cultivable ou / et constructible avec une crypto-monnaie. Enfin, ce n’est pas moi mais le Forum Economique Mondial qui a parlé du risque d’un effondrement des infrastructures stratégiques à cause d’une cyber-attaque. Donc les détenteurs de crypto-monnaie sont en danger ) ;
    - les contraventions qu’elle paye ( depuis 2 ans, leur montant et leur nombre a fortement augmenté ) ;
    - les préjudices qu’elle subit impunément ( en Occident, vous payez des prélèvements obligatoires de dingues et quand vous chopez une grippe ou quand vous êtes victime d’un criminel, vous devez vous débrouiller avec vos problèmes ) : les vols, les escroqueries, les sabotages perpétrés par un groupe terroriste protégé médiatiquement et judiciairement,...

    Sortez du Système !

     

    Répondre à ce message

  • #2829536
    Le 20 octobre à 04:23 par Pierre Loup
    Le système économique occidental touche à sa fin

    Thierry Meyssan est franchement naïf sur le fond de son analyse, ils prend pour des idiots et des demeurés les groupes qui sont à la tête de l’Occident et des Institutions Internationales hors ces gens savent très bien ce qu’ils font notamment sur le Système Totalitaire Numérique ainsi que le sujet ’’controversé’’ de la Dépopulation...
    Hors l’on sait désormais comment ils vont s’y prendre pour dépeupler l’Occident et les pays industrialisés(notamment en Asie) ils vont faire repiquer le bétail à l’infini avec leur cochonnerie de ’’vaccins covid’’ et pour dépeupler le Tiers-Monde qui est ultra surpeuplé, ils vont créer des ruptures d’approvisionnements mondial qui vont causer des pénuries en Occident et des famines monstrueuses dans le Tiers-Monde(Afrique, Moyen-Orient, Sous-Continent Indien, Asie du Sud-Est, une partie de l’Amérique Centrale et du Sud).
    Ça va barder d’ici 2030 et ça va pas être drôle notamment pour ceux qui sont encore dans des gros centres urbains et tout ceux qui ne se sont pas préparés un minimum d’Autonomie + le plus de réserves possible le but étant de survivre à ce merdier sans jamais se faire injecter le Poison et donc d’avoir les moyens de survivre aux mesures d’exclusions de la société qui vont être de plus en plus agressives.

     

    Répondre à ce message

    • #2829910
      Le 20 octobre à 17:27 par Bayinnaung
      Le système économique occidental touche à sa fin

      @ Pierre Loup



      ils prend pour des idiots et des demeurés les groupes qui sont à la tête de l’Occident et des Institutions Internationales



      Ben, le fait est que depuis que Brezinsky est mort, les élites occidentales agissent un peu comme un poulet sans tête. Elles s’agitent beaucoup, mais c’est tout.



      hors ces gens savent très bien ce qu’ils font



      Non, il suffit de lire Schwab pour se rendre compte qu’ils sont devenus plus passifs qu’actifs.



      Hors l’on sait désormais comment ils vont s’y prendre pour dépeupler l’Occident



      C’est déjà fait.



      et les pays industrialisés(notamment en Asie) ils vont faire repiquer le bétail à l’infini avec leur cochonnerie de ’’vaccins covid’’



      Qui est un échec patent. Un vaccin que tu dois renouveler sans cesse, c’est un vaccin mort.
      Comme le souligne l’OMS.



      et pour dépeupler le Tiers-Monde qui est ultra surpeuplé, ils vont créer des ruptures d’approvisionnements mondial qui vont causer des pénuries en Occident et des famines monstrueuses dans le Tiers-Monde



      C’est déjà fait depuis des années, ça n’empêche pas les pays du tiers-monde de faire des enfants.



      Ça va barder d’ici 2030 et ça va pas être drôle notamment pour ceux qui sont encore dans des gros centres urbains



      Oui et on disait qu’en 2013, il n’y aurait plus de neige aux pôles.



      et tout ceux qui ne se sont pas préparés un minimum d’Autonomie + le plus de réserves possible



      L’isolement survivaliste est encouragé par le système pour empêcher le regroupement des gens du peuple sur une base politique.
      Malgré la sympathie que j’ai pour le bonhomme, des millions de Piero San Giorgio chacun isolés dans leur coin de campagne, seront toujours moins dangereux pour le système (et bien plus facile à neutraliser les uns après les autres) que des millions de manifestants réguliers partout en France.



      le but étant de survivre à ce merdier sans jamais se faire injecter le Poison



      Je ne suis pas injecté, je ne suis pas survivaliste mais je survie très bien, merci.



      et donc d’avoir les moyens de survivre aux mesures d’exclusions de la société qui vont être de plus en plus agressives.



      Comme l’a dit Pierre de Brague n’y a qu’en France que l’on va toujours plus loin dans ce délire. Ça tombe partout ailleurs.

       
    • #2830586
      Le 21 octobre à 20:12 par Zom
      Le système économique occidental touche à sa fin

      Le survivalisme à énormément de limites.
      Parmi celles ci : la jambe cassée , les lunettes cassées , le besoin d’insuline ou autres, etc.

       
  • #2829803
    Le 20 octobre à 14:25 par nicolasjaisson
    Le système économique occidental touche à sa fin

    Nous ne sommes pas au seuil du grand chambardement ; mais au contraire en plein dedans. Ce n’est pas un hasard si les principaux ports d’Amérique du Nord, d’Angeterre et de Chine sont bloqués avec un bel ensemble qui sent bon la conjuration, derrière des excuses fallacieuses, expliquant la désorganisation logistique par des raisons sanitaires. Les procédés révolutionnaires pour brusquer le changement révolutionnaire sont trop bien connus, après le siècle des révolutions que fut le XXème siècle pour passer inaperçus des observateurs avertis. Ainsi la Maison Blanche explique le blocage du déchargement des porte-conteneurs en provenance d4Asie par une hausse inhabituelle de la demande, dixit la porte-parole de Biden. Idem pour l’Angleterre où les consommateurs ont la mauvaise idée de faire la queue tous en même temps devant des rayonnages vides de grandes surfaces. De même la crise du gaz a été provoquée par les mêmes qui mettaient tous leurs espoirs dans la transition énergétique et le tout lélectrique, sans prévoir les goulets d’étrangement résultants de leurs contradictions. On a donc bien affaire à un chaos contrôlé délibérément provoqué par des politiques aux ordres de leurs maîtres habituels, qui ne reculent devant aucun sacrifice supporté par le peuple, quand il s’afit de faire avancer la cause sociale au nom d’un nouvel ordre mondial qui demande à passer à l’étape ultérieure du monde d’après. La presse ne s’emeut nullement de la cascade de défauts sur des trillions de dettes en eurodollars de la part des entreprises chinoises, que leur gouvernement veut forcer à revenir à un financement strictement national, sans même se poser la question des conséquences sociales et économiques. Les trillions de dette en dollars US seront remplacés par des trillions de dette en yuans. C’est aussi simple que ça, tellement évident même, qu’on se demande comment diable les technocrates de Pékin n’y ont pas pensé avant. En attendant, il va non seulement falloir financer la révolution verte à coups de trillions de yuans, mais aussi trouver du travail à des dizaines de millions d’urbains et de jeunes diplômés formés dans l’ancien monde. La recette est déjà connue, puisqu’elle a été rodée lors de la révolution culturelle de Mao qui adorait envoyer les étudiants à la campagne faire des stages de rééducation. D’ailleurs Xi Jinping en a fait lui-même l’expérience, avant de faire carrière au sein du PCC, son diplôme d’ingénieur en poche. Sauf que la campagne n’existe plus.

     

    Répondre à ce message

  • #2829829
    Le 20 octobre à 14:58 par Domino
    Le système économique occidental touche à sa fin

    Seuls les détenteurs de capitaux font de l’argent, et beaucoup d’argent...
    Oui, mais attention à ne pas confondre
    1) le capitalisme qui est une évolution économique majeure en ce sens qu’il est le signe que l’on est sorti de l’économie de subsistance (= on consomme tout ce qui est produit). Ce capitalisme a été et est un facteur de progrès quand il emploie des moyens respectueux des hommes et vise l’amélioration de leur vie. L’artisan du coin est un capitaliste...
    2) le capitalisme financier dont les excès ont été encouragés par l’anonymat des capitaux et les Bourses. S’y est ajouté le capitalisme de connivence quand des entreprises de plus en plus puissantes ont eu moyen de faire pression sur le pouvoir politique, voire de le corrompre pour fausser la concurrence et les prix.
    Tout système peut être perverti quand les hommes manquent de vertu. Et l’on sait ce qu’il en est des intentions de ceux qui dirigent le monde. Quand ils n’hésitent pas à instrumenter l’anticapitalisme, on peut craindre que l’idée qu’ils ont en tête est de nous faire revenir à l’économie de subsistance... D’ailleurs, c’est aux PME et TPE qu’ils s’attaquent...

     

    Répondre à ce message

  • #2829929
    Le 20 octobre à 17:51 par nico
    Le système économique occidental touche à sa fin

    La police qui tire a balles réelles sur des gens affamés voila ce qui nous attend.
    Les fics d’aujourd’hui sont pires que ceux de l’époque .

     

    Répondre à ce message

    • #2830080
      Le 20 octobre à 23:14 par Bayinnaung
      Le système économique occidental touche à sa fin

      @ nico

      Ils seront adoubés demain comme la nouvelle aristocratie d’un pouvoir qui perd pied, tout comme les derniers empereurs romains ont décerné des pouvoirs extraordinaires à des rois barbares pour qu’il y ait (au moins symboliquement) une continuité de la loi romaine sur les territoires qui échappent à Rome.
      La république finissante pourrait très bien rendre le simple flic quasi-équivalent à un seigneur en son domaine, qui aurait droit de vie et de mort sur le citoyen du coin ... et de lui donner le droit de lever l’impôt (afin de compenser le fait que l’état n’aura plus les moyens de le payer et donc empêcher la police de se retourner contre l’état).

      Ce genre de chose a déjà eu lieu en Amérique du sud (où le "simple" policier (que l’on distinguait mal du militaire) en Haïti, au Nicaragua, au Mexique ou dans les coins les plus reculés de l’Argentine) devenait quasiment un petit seigneur féodal.
      On pourrait avoir une Brasilianisation de nos villes (les quartiers chauds tenant lieu de Favelas) et une Mexicanisation des campagnes.

      Quand il s’agit du petit gendarme, pas loin de la retraite, d’un village 200 habitants. Ça peut aller.
      Mais imaginez-vous avec l’éborgneur de Gilet Jaune qui est flic plus pour le fric qu’il peut se faire que pour l’uniforme et l’honneur qui est sensé aller avec.

      Le pouvoir ripoublikain pourrait rester maître des villes (encore majoritairement bobo) mais les campagnes, elles, pleines de paysans et de salariés chassés des centres urbains qui sont dépendants de la voiture, ce sera plus difficile à tenir sans hybrider la présence de l’état avec des bandes armées en uniforme.

      (Pour les nostalgiques du moyen-âge, vous allez vite découvrir que l’état lointain, centralisé et jacobin, ça avait un certain charme à côté du mec qui est armé, qui vous connait et qui n’aura aucune peine à venir chez vous si vous faites quelque chose qui lui déplaît)



      Les fics d’aujourd’hui sont pires que ceux de l’époque .



      Comme je suis d’accord ! Le freluquet a réussi à rendre le flic plus intolérable pour pas mal de citoyen, que l’islamo-racaille qui, si elle a plein de défauts, ne vous fera pas chier avec la vaccination au moins, elle.

       
  • #2830227
    Le 21 octobre à 08:32 par nicolasjaisson
    Le système économique occidental touche à sa fin

    @Bayinnaung
    lComme on dit, "l’Histoire ne repasse jamais deux fois les mêmes plats". Donc il est illusoire de croire à une sorte de retour à l’état social féodal, sous l’autorité de petits chefs armés par le système. Quoi que, ce qui se trame derrière la transition écologique c’est bien la résurrection d’une forme de servage, où les individus sont attachés à vie à leurs quartiers d’habitation sous la surveillance de kapos écolo chargés de surveiller que leurs ouailles sont pleinement conformes aux règles de la nouvelle gouvernance électronique verte. En ce sens, les paysans de l’Ancien régime étaient infiniment plus libres que leurs contemporains républicains, dont la vertu s’apprécie à leur conformité à la Loi qui a envahi tous les domaines de la vie civile. Nous sommes en train de vivre une effondrement de l’idée selon laquelle l’Etat est l’incarnation du peuple Souverain, en ce qu’il représente le pouvoir exécutif de la "volonté générale" sur l’arbitraire individuel. Cette volonté générale était réputée vertueuse par nature, du fait qu’elle provient de la Nature qui est réputée bonne à l’origine d’après nos législateurs qui n’en sont que les porte-paroles attitrés parce que spécialement formés pour la reconnaître dans les coulisses et autres loges de l’Assemblée Nationale. Or tout le monde se rend compte, ou presque, aujourd’hui que ce mythe n’est qu’une sinistre farce, qui ne repose sur rien d ’autre qu’une imposture tentant à faire croire que l’Etat veut nécessairement le bien du peuple. L’Etat n’est pas bon et généreux, en ce qu’il incarne le peuple dans sa bonté originelle, comme Adam et Eve vivait sous le regard bienveillant du Père éternel en pleine accord avec sa volonté. L’Etat républicain laïc apparaît pour ce qu’il est, à savoir une création monstrueuse sorti de l’imagination tordue des philosophes du XVIIIème siècle, qui rêvait de refaire monde dans les salons littéraires. Cela se vérifie, non seulement en France, mais dans tous les pays où s’est installée la Démocratie sociale, qui se retourne contre ses auteurs dans un délire ressemblant à s’y méprendre à un suicide collectif. Que surgira-il du chaos comme solution de remplacement ? Nul ne le sait, sauf que nous traversons des temps eschatologiques, dont l’issue est gouvernée par des forces métaphysiques qui finiront ultimement par triompher du Mal (autrement que par le vide).

     

    Répondre à ce message

    • #2830446
      Le 21 octobre à 15:40 par Bayinnaung
      Le système économique occidental touche à sa fin

      @ nicolasjaisson

      Donc il est illusoire de croire à une sorte de retour à l’état social féodal

      L’histoire ne se répète pas, mais elle béguaie beaucoup.

      où les individus sont attachés à vie à leurs quartiers d’habitation

      Le servage...C’était comme ça en URSS. T’étais attaché à ton blok et malheurs si tu en sortais sans un laissé-passer dument décerné par le parti (après certaines périodes de l’URSS étaient plus coulantes que d’autres).

      En ce sens, les paysans de l’Ancien régime étaient infiniment plus libres que leurs contemporains républicains

      Oui, mais là aussi, il y a ancien régime et ancien régime. La monarchie n’a pas toujours été toute-puissante et les petits aristocrates (de robe ou d’épée) ont eu des périodes où leur pouvoir se révélait plus importants qu’à d’autres (et pareil pour leur pouvoir de nuisance).

      Nous sommes en train de vivre une effondrement de l’idée selon laquelle l’Etat est l’incarnation du peuple Souverain...qu’une imposture tentant à faire croire que l’Etat veut nécessairement le bien du peuple.

      Il ne faut pas confondre le pouvoir en lui-même et ceux qui l’exercent. Un pouvoir déconnecté du peuple (en raison de la corruption et de l’inculture crasse des gouvernants) est un pouvoir mourant (comment susciter la loyauté du peuple, nécessaire à générer des penseurs et des acteurs qui font vivre l’état, comment y arriver uniquement par des coups de bâton, des insultes et aucune carotte ?)
      L’état hors-sol, ça n’existe pas car ce n’est pas viable (ou seulement pour quelques années de troubles). D’où sa violence qui est celle du mourant qui s’accroche à la vie.

      Que surgira-il du chaos comme solution de remplacement ?

      Comme le dit Meyssan, les "élites occidentales" sont en train de mourir avec le monde occidental qu’elles ont saigné à blanc. Elles meurent comme le parasite qui tue son hôte.
      Je pense qu’il y aura retournement de casaque chez bon nombre d’ultralibéraux qui essaieront de faire oublier leurs crimes (quitte à se vendre les uns les autres).
      Quand le contrat social consiste à noyer le peuple sous les bien-faits matériels ... et que ceux-ci viennent à se tarir, c’est que le contrat social est rompu et qu’il doit y avoir changement. Mais ce n’est que mon opinion.
      Sinon, d’accord avec la fin.

       
Afficher les commentaires précédents