Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pourquoi tant de haine ? #47 – Critique du nationalisme (avec Arnaud Guyot-Jeannin)

Pourquoi tant de haine ? est une émission d’ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation.

 

La présentation de ce quarante-septième numéro de Pourquoi tant de haine ? :

Monsieur K. reçoit Arnaud Guyot-Jeannin pour la sortie de son dernier livre Critique du nationalisme aux éditions Via Romana.

 

Écouter l’émission :

Soutenez E&R avec odysee.com

 

Rendez-vous sur ERFM pour écouter et télécharger l’émission !

 

Rejoignez le fil Telegram d’ERFM pour vous tenir informé des nouveautés

 

Retrouvez Monsieur K. en conférence le 9 avril :

Voir aussi :

27 juillet
Pourquoi tant de haine ? #53 – Schopenhauer et le féminisme (avec Félix Niesche)
35
29 juin
Pourquoi tant de haine ? #52 – Guerre de Louis-Ferdinand Céline (avec Lounès Darbois et Lapine)
38
10 juin
Pourquoi tant de haine ? #51 – Rudy Reichstadt ou l’anticonspirationnisme mis à nu (avec François Belliot)
27
3 mai
Pourquoi tant de haine ? #50 – La Journée d’Al-Qods (avec Aïssa et Youssef Hindi)
23
28 avril
Pourquoi tant de haine ? #49 – Le nationalisme en France et en Europe (avec André Gandillon)
8
3 avril
Pourquoi tant de haine ? #48 – Débat Hindi-Jovanovic : faut-il voter Zemmour ?
156
13 mars
Pourquoi tant de haine ? #46 – Les mouvements néo-nazis ukrainiens (avec Lucien Cerise)
37
8 février
Pourquoi tant de haine ? #45 – Les attentats de Charlie Hebdo (avec François Belliot)
15
Octobre 2021
Pourquoi tant de haine ? #44 – Les attentats du Bataclan (avec François Belliot et Betty, rescapée)
39
Septembre 2021
Pourquoi tant de haine ? #43 – Véganisme, vie paysanne et agriculture (avec Laurent le paysan et Jules)
60
Août 2021
Pourquoi tant de haine ? #42 – Je suis Cassandre ! (avec Alain Soral, Xavier Poussard et Damien Viguier)
152
Juillet 2021
Pourquoi tant de haine ? #41 – La résistance à la dictature sanitaire ou le retour de la grande politique (avec Alain Soral et Xavier Poussard)
117
Juillet 2021
Pourquoi tant de haine ? #40 – Qui ?! (avec Xavier Poussard et Damien Viguier)
Qui dirige la "meute médiatique" ?
39
Juin 2021
Pourquoi tant de haine ? #39 – Comprendre l’Époque, un ouvrage fondamental (avec Alain Soral)
34
Mai 2021
Pourquoi tant de haine ? #38 – La controverse de Ravenne (avec Damien Viguier)
6
Mai 2021
Pourquoi tant de haine ? #37 – Le christianisme des origines (avec Camille Mordelynch)
32
Février 2021
Pourquoi tant de haine ? #36 – Le Virus et le Président (avec Jean-Loup Izambert et Claude Janvier)
13
Janvier 2021
Pourquoi tant de haine ? #35 – Viktor Orbán (avec Thibaud Gibelin)
8
Novembre 2020
Pourquoi tant de haine ? #34 – Métaphysique du sexe de Julius Evola (avec Félix Niesche)
26
Novembre 2020
Pourquoi tant de haine ? #33 – Louis-Ferdinand Céline (avec Lounès Darbois)
47
Novembre 2020
Pourquoi tant de haine ? #32 – Émission spéciale "Élection américaine"
81
Octobre 2020
Pourquoi tant de haine ? #31 – Le réchauffement climatique (avec Camille Veyres et Jérôme Halzan)
28
Septembre 2020
Pourquoi tant de haine ? #30 – Hommage au travail d’Emmanuel Ratier (avec Xavier Poussard de Faits & Documents)
36
Août 2020
Pourquoi tant de haine ? #29 – L’autonomie (avec Carmen Daudet, Marco et Victorien)
10
Août 2020
Pourquoi tant de haine ? #28 – Peut-on être autre chose qu’un Français de souche ? (avec Camel Bechikh)
68
 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Désolé Mr K mais votre admiration pour cet énergumène me semble inappropriée, avec son ramage et verbiage de gloubi boulga finissant en apothéose sur la ligne de la doxa unanime sur le tyran Poutine qui martyrise un peuple innocent faisant abstraction de toutes les saloperies et crasses que la mafia oligarchique ukrainienne dirigeante fait subir aux minorités ethniques dudit peuple et où Sodome et Gomorrhe semble être l’anormalité. Il doit ignorer que le coup d’Etat fomenté par les USA en 2014 au maidan c’était pas pour libérer le peuple mais pour installer des gangsters assistés d’ultra nationalistes nazis dont il devrait regarder les nombreuses exactions qu’ils font subir aux ukrainiens mêmes. Charlot ce type.

     

    Répondre à ce message

    • Pas mieux.
      Assez stupéfiant et pénible d’entendre, sur les ondes d’ER !, un... "intellectuel de droite" (?) se vider d’une idiosyncrasie à ce point véreuse.
      Cet emploi, répété comme un mantra que l’on croirait rapporté d’une formation en "disruption cognitive" de la CIA ou du Shin Bet, de l’expression "agression poutinienne" suffit à lui seul à disqualifier l’intégralité du discours, par ailleurs insupportablement verbeux, de ce monsieur. Ne rien comprendre à ce point-là des réels motifs, aujourd’hui pourtant largement documentés et accessibles, de la réaction russe est déjà, intellectuellement, criminel en soi ; faire mine de ne pas avoir parfaitement compris est beaucoup plus que cela : c’est éminemment SUSPECT et, encore une fois, ça ne méritait certainement pas une pleine heure de libre antenne sur ER. Et qu’on ne vienne pas me parler "liberté d’expression" ou "confrontation des points de vue". Basta ! On soupe déjà bien suffisamment de ce brouet puant partout.
      Pour finir ; à ce déculottage conceptuel honteux, j’opposerai simplement l’évolution d’un type comme B. Le Lay.

       
  • Agent de régression Otanien.

     

    Répondre à ce message

  • #2932120

    j’avoue que j’ai décroché pour la première fois au milieu d’une émission. Je n’ai pas pu aller au bout.

    Ne tournons pas autour du pot : il y a deux camps, comme à l’époque de Vichy. Les pan-européistes identitaires associés aux socio-démocrates européistes d’un côté. Les gaullistes associés aux communistes de l’autre côté. L’invité a choisi son camp.

    L’identité n’est pas un hochet folklorique. Elle découle la souveraineté : après chacun place la souvraineté au niveau qui lui paraît le plus efficient.

    Pour les européistes, l’identité est un folklore déconnecté de la souveraineté. C’est typique des euro-régions. C’est une vision en fait descendante du pouvoir : le pouvoir descend du haut sur les pauvres peuplades folkloriques.

    Au contraire, pour moi, l’identité découle du pouvoir montant de la souveraineté. Un groupe constitué sur un territoire se donne ses lois et son gouvernement : de là naîtra peu à peu une identité spécifique, une manière d’être au monde. Le particularisme provient de l’universalité de la condition humaine confrontée à un contexte local.

    Le bédouin porte des vêtements adaptés à la chaleur, et l’esquimau des vêtements adaptés au froid. Ces traits culturels, identitaires, ne reposent pas sur une abstraction. Ils sont constitués à partir de la base matérielle : l’humain universel réagit avec son contexte local. Ainsi se constituent et évoluent nos cultures, en étant adaptées à notre réel. D’ailleurs les peuples ont toujours refusé de se transformer en "amiches" et constituer des réserves identitaires folkloriques. Nos cultures sont liées au procès de production ; la souveraineté sur le procès de production, par la gauche ou la droite, me semble la seule garantie de liberté.

     

    Répondre à ce message

    • Rolland,
      Vous dites finalement la même chose qu’AGJ il me semble
      pour lui, le Nationalisme (jacobin, descendant, abstrait..) est un parti idéologique qui a pour finalité d’araser les nations comme des marches vers l’Empire indifférencié.
      Contrairement au patriotisme, multiforme, changeant (au cours de l’histoire) car d’abord charnel et remontant (pour reprendre votre vocabulaire). Il précise bien cette distinction, et que tout doit partir du charnel avant d’être organisé, mais peut-être que cela intervient après la moitié d’émission que vous avez écouté.

      Enfin, il ajoute que l’Autorité unificatrice - qui est en haut, comme dit Maurras - celle du Roi et de la spiritualité catholique (l’alliance du Trône et de l’Autel) n’a pu être remplacée que par l’étatisme normatif jacobin au détriment des particularismes.

      N’est-ce pas peu ou prou ce que vous dites ?
      Tout comme je ne comprends pas l’incompréhension (sic) de certains commentateurs qui pourtant appliquent la "charte" AGJ quand ils se positionnent sur le conflit Ukrainien : défense de Poutine (Russie) contre Macron (France), càd défense du principe universel de liberté des peuples, au détriment peut-être d’une vision nationaliste bornée ("ma nation et ses intérêts d’abord, quoiqu’il arrive").
      Bien sûr Macron, ce n’est pas la France profonde, mais il a malheureusement le pouvoir d’emmener la France charnelle dans l’infortune d’un conflit armé, où la Russie, si elle ripostait, ne se contenterait pas de cibler l’Elysée.

      C’est ces points de convergence que je voulais relever, car ils sont curieusement passés sous silence au profit d’un rejet unilatéral, peu respectueux d’une écoute véritable. J’espère toutefois que Poutine donnera raison à nos espérances, et qu’AGJ évoluera sur la question.

       
  • Ce qui est "drôle", c’est que Guyot-Jeannin part de toute une série d’idées vraies pour arriver à une conclusion fausse.
    C’est presque de l’anti-Soral dans le sens où Soral fait parfois des simplifications, mais ne rate en général pas sa cible.

    Se revendiquer de la pensée traditionelle pour critiquer le nationalisme, c’est parfaitement cohérent (perso, j’aime pas trop ça le nationalisme, même si dans certains cas, ça peut être relativement fonctionnel)
    Mais le faire pour ensuite invoquer la sacralité du "processus électoral" en Ukraine (qui n’est pas uniquement critiquable d’un point de vue traditionel, mais qui l’est également d’un point de vue simplement matérialiste ou marxiste : comme l’a fait remarquer Monsieur K, quand les Ukrainiens "votent mal" on leur fait tout simplement des révolutions colorées), c’est d’un ridicule !
    Et puis parler de Tradition pour ensuite parler de "Droite"... De Maistre, qui est cité, n’est ni de "droite" ni de "gauche", c’est une obsession cette histoire de droite, c’est fatigant.

     

    Répondre à ce message

    • Critique assez juste à laquelle je souscris entièrement.

      Pour ce qui est de votre dernier paragraphe, AGJ rappelle seulement l’origine des termes droite et gauche qui viennent effectivement de la révolution (j’avais lu ça chez Murray, de mémoire), et qui ont pas mal varié au cours des 2 derniers siècles. De Maistre appartient effectivement aux théoriciens de la contre révolution. De son temps, on pouvait dire qu’il était de droite (selon la terminologie de l’époque)

       
    • Merci
      A vous lire je me dis que je perds pas tt a fait mon remps.
      Monsieur K.

       
  • J’ai tenu 14 minutes.

    Je ne vais pas critiquer, d’autres commentateurs l’ont fait.

    C’est dans ces moments là qu’on apprécie Gustave le Bon :
    https://www.egaliteetreconciliation...

     

    Répondre à ce message

  • Première fois que je ne peux terminer un "pourquoi tant de haine".
    Le mec est mauvais, catho fin de race collabo, bientôt il n’y en aura plus.
    Je comprends l’affection de Mr K à son endroit néanmoins il devrait faire évoluer sa matrice de pensée s’il veut continuer à penser sinon il finira catho fin de race à son tour, que des défaites.

     

    Répondre à ce message

  • Les gens ici n’ont pas l’habitude d’avoir un échange poli entre 2 contradicteurs, ils préfèrent sans doute qu’on leur serve la messe. Du coup ils sont scandalisés, et ils s’énervent n’importe comment, le contradicteur ne pouvant être qu’un suppôt de l’OTAN, un bourgeois, un versaillais, ou que sais-je. L’avez-vous écouté au moins, avant de partir dans l’hystérie ?? On peut se conforter dans ses convictions sans verser dans l’anathème et les reproches absurdes.

    J’ai trouvé l’échange intéressant (comme souvent, quand 2 esprits structurés sont en désaccord..) même si on sent que l’affection de Monsieur K l’empêche parfois de pousser AGJ dans ses retranchements, et que ce dernier a toujours cette fâcheuse habitude d’alourdir sa langue et ses développements dans le jargon, les concepts enclume, les mots en "isme", etc. (même quand il parle de cinéma, et c’est souvent indigeste).

    Mais quoique je sois plutôt sur la ligne de Monsieur K vis à vis de Poutine - et il semble effectivement qu’AGJ manque de certaines infos (tout comme on pourrait leur répondre que Poutine a peut-être des infos que ni Mr K ni AGJ n’ont..) - je comprends son positionnement, cohérent avec ses idées, bien que je le trouve encore une fois trop épris de pureté conceptuelle ("il faut que les Ukrainiens choisissent librement, car c’est le seul Bien possible"), alors que l’Histoire a l’habitude de faire voler en éclat les manieurs de concepts.

    A première vue, on ne peut pas en vouloir à Poutine d’être tombé dans le piège, car gouverner c’est prévoir, et Poutine n’allait pas risquer une hécatombe de ses concitoyens à cause d’une possible attaque chimique juste pour faire plaisir à AGJ, qui semble ne concevoir de légitimité à la guerre que quand on est d’abord ouvertement attaqué.
    Hélas, si effectivement l’Occident se sert de cette intervention pour provoquer un Mal funeste et faire porter le chapeau à Poutine (irruption d’une pandémie en Ukraine, que la Russie subira de plein fouet), la Russie aura tout perdu et se verra obligée d’aller toujours plus loin dans le conflit total avec l’Occident. L’Hitlerisation de Poutine sera bien réelle (rejoindra la fiction), et AGJ pourra dire "je vous l’avais bien dit !".

    Tout ça reste compliqué, et personne n’est en mesure de juger absolument les fautes stratégiques des uns et des autres ; Disons que la Russie a pris son destin en main, et s’est décidée à une bataille finale, quoiqu’il en coûte. Dieu est tout ce qui peut nous unir désormais.

     

    Répondre à ce message

    • @Tetar 1er



      J’ai trouvé l’échange intéressant (comme souvent, quand 2 esprits structurés sont en désaccord..) même si on sent que l’affection de Monsieur K l’empêche parfois de pousser AGJ dans ses retranchements, et que ce dernier a toujours cette fâcheuse habitude d’alourdir sa langue et ses développements dans le jargon, les concepts enclume, les mots en "isme", etc. (même quand il parle de cinéma, et c’est souvent indigeste)



      L’agacement vient moins de la contradiction courtoise que des circonlocutions verbeuses de l’intervenant.

      Tout ça pour, finalement, faire le constat qu’AS avait fait y’a quelques mois dans un bonus du Grand Reset, en 10mn sur la différence entre nation et patrie.

      On retrouve toujours les mêmes travers chez les copains de De Benoist. Cette droite salon qui se permet de mépriser tout le monde alors que personne les écoute.

      Surtout que tout ce verbiage s’effondre finalement à la fin de le l’émission.

      On peut d’ailleurs rendre hommage à Monsieur K, qui vient de ces cercles de la droite tradi mais qui a eu l’humilité et l’intelligence de se mettre au service de E&R pour mener le combat, au lieu de faire mumuse dans les émissions de Soulié ou De Benoist.

       
    • L’intervenant est mauvais comme vos commentaires à rallonge.
      On pourra ergoter tant que l’on veut, une vinasse entrée de gamme ne vaut pas un bon cru.
      L’intervenant dont je n’ai pas retenu le nom, dans un monde normal, il aurait un vrai métier et laisserai M. Soral parler.

       
  • AGJ est très décevant ! un blablabla sur le nationalisme trop ceci pas assez cela, quand des soldats russes (et tchétchènes !) se battent et meurent en combattant les forces mafieuses de l’OTAN/US et son faux-nez UE ! comment peut-on encore mettre à égalité les forces russes libératrices et ces ukrainiens enragés qui se battent pour soumettre leur pays aux "Van der Leyen" ! comme si Poutine avait agi sur un coup de tête au moment où Zelenski voulait "épurer" (exterminer !) le Donbass, et "reprendre" la Crimée ? Non merci ! la barricade n’ayant que deux côtés il n’y a pas à tergiverser !

     

    Répondre à ce message

  • #2932797
    Le 28 mars à 17:31 par ProtégeonslaPalestine
    Pourquoi tant de haine ? #47 – Critique du nationalisme (avec Arnaud (...)

    Arnaud Guyot-Jeannin est le bébé que Francis Cousin aurait pu se faire à lui-même, dans un mouvement d’auto-engendrement intellectuel plus stérile qu’il n’y paraît.
    Voici l’ORGANIGRAMME DU NATIONALISME selon ce monsieur :
    1- Le nationalisme est un jacobinisme centralisateur, érodé par un
    - Étatisme tout-puissant
    - Arasement identitaire
    - Standardisation citoyenne par l’école
    - Conformisme de la pensée unique
    - Expansionnisme conquérant
    - Identitarisme ethnocentré, racialiste
    - Primat utilitariste, matérialiste.

    MA CRITIQUE : A/ Chaque connotation dépréciative que Arnaud Guyot-Jeannin prête au nationalisme procède davantage de la critique anarchiste post marxiste du nationalisme que de l’ethos profond de la pensée nationaliste. En associant le nationalisme à une criminalisation du dissensus idéologique, Arnaud Guyot-Jeannin ne confond t-il pas le nationalisme avec les diktats et autres dogmes républicains qui ne souffrent aucune contradiction, tels que sont la laïcité, l’immigrationnisme, le vaccinisme ? Pas étonnant qu’il voie dans le nationalisme la clef de voûte du mondialisme.

    B /Or, ce n’est pas en réactivant les poncifs historiquement hostiles au nationalisme qu’il parviendra à en cerner la richesse. La critique honnête d’un concept obéit à une méthodologie rigoureuse consistant à présenter ce concept tel qu’il se définit lui-même, avant de mettre à jour les failles structurelles inhérentes à la logique interne de ce même concept. Déconstruire, comme il le fait, la validité du nationalisme à partir de l’ornière tendancieuse de ceux qui lui sont hostiles est un procès en sorcellerie.

    C / Ainsi, associer le nationalisme à un subjectivisme tribal ethnocentré, enferré dans un suprématisme racial qui le condamne à n’être, au plan philosophique, qu’un sinistre particularisme absolutiste (intolérant, tyrannique), revient à reprendre les éléments de langage en vigueur contre l’identitarisme : Guyot-Jeannin nous décrit en filigrane une scène du film Dupont-Lajoie où des Blancs déclassés explosent au fusil la cervelle d’un Arabe, mais il peine à définir de manière neutre l’essence du nationalisme, qu’il semble confondre avec le chauvinisme racial ou une forme de bigoterie pigmentocratique.

    Voilà comment des prémisses méthodologiques discutables produisent une hypothèse de travail vacillante : Guyot-Jeannin se retrouve au lit avec Clémentine Autain. C’est plaisant, mais Dieu que ça rend bête.

     

    Répondre à ce message

  • #2932826
    Le 28 mars à 18:36 par ProtégeonslaPalestine
    Pourquoi tant de haine ? #47 – Critique du nationalisme (avec Arnaud (...)

    2 ] Organigramme du patriotisme :
    - Terroirs & Identités régionales
    - lien charnel à la terre, réminiscence du paganisme
    - Universalisme car :
    * affirmation de soi sans négation d’autrui
    * propension à défendre TOUTES les identités nationales
    * Enracinement dans un destin français ET européen.

    Ma critique : A / Le dictionnaire de Monsieur Guyot-Jeannin me laisse perplexe car je ne vois au nom de quoi les vertus qu’il prête au patriotisme ne s’appliqueraient pas au nationalisme. Quelle pensée magique a décrété qu’un nationaliste est un technocrate mondialisé et non un amoureux éperdu de sa terre ?

    B /Pourquoi assigner au patriote la mission de défendre des identités nationales extérieures à la sienne pour satisfaire le cahier des charges universaliste ? Désolé(e), mais le Ghana ne m’a rien demandé, et l’île de Madère ne compte pas sur moi pour exister. D’autant que cet universalisme mal compris n’est pas sans rappeler une forme d’ingérence paternaliste : reconnaître l’ensemble des identités, comme le fait Roger Garaudy dans son Pour un dialogue des civilisations , oui, les défendre à la place de leurs dépositaires ethniques et historiques, c’est jouer l’homme des Lumières à peu de frais. D’ailleurs, n’est-ce pas faire offense à l’altérité que de lui prêter ce besoin impérieux d’être assisté par moi ? Quoi de plus condescendant, au fond, que de penser que les autres identités nationales m’ont choisi comme avocat ! Le raisonnement de Guyot-Jeannin est colonisé par tous les travers du gauchisme anarchiste, dont l’altruisme dissimule une insupportable présupposition d’incapacité chez l’Autre à se prendre en charge sans ma tutelle : monsieur Guyot-Jeannin, votre messianisme d’Homme Blanc pris par la geste héroïque de sa bienfaisance a assez duré ; il est même la source de l’épopée coloniale que vous décriez implicitement.

    C / Peu ému par ses propres contradictions, cet auteur nous parle de "fédéralisme", soit. De "destin français", j’en suis fort aise. De "destin européen" ! J’en déduis que son charitable universalisme est un patriotisme où le Finlandais d’origines russe et esquimau se sentira lié par une communauté de destin avec le Sévillan arabo-andalou et l’Autrichien du Tyrol, qui lui même devra, par souci d’universalisme, se sentir lié par une communauté de destin avec l’Arménien d’origine irano-chaldéenne ? Cette indifférenciation réduit le patriotisme à une posture : Guyot-Jeannin est un citoyen du monde athée et anar.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents