Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Professeur Didier Raoult – Vaccination et anticorps facilitants

À tous ceux qui sont quelque peu remontés contre le professeur Raoult, rappelons tout de même que s’il avait été aux manettes pour gérer l’irruption du SARS-CoV-2 dans le pays, les Français auraient été soignés dès le début sans attendre, nos vieux n’auraient pas eu à prendre du rivotril, et même s’il n’avait été décisionnaire que tardivement, il n’y aurait pas de politique vaccinale massive et encore moins de contrainte à se faire piquouser pour ne pas devenir un paria. C’est clair.

Ici [à l’IHU] nous avons une transparence totale. Si on pouvait avoir la même transparence pour ce qui s’est passé dans l’évaluation des vaccins, la situation aurait été probablement plus simple. L’idée que l’on pouvait ne pas rendre transparentes pendant deux ans les données initiales de la vaccination est quelque chose qui devrait amener les gens à se poser des questions.

Il est un solide caillou dans les engrenages du covidisme en France, et même dans le monde. Qu’il en soit remercié. Ceci étant dit, nous aimerions qu’il réponde à une question. Certes, il est peu probable qu’il lise ces lignes, et il ne s’exprime pas publiquement pour répondre aux interrogations de ceux qui l’écoutent, seulement pour faire part des recherches de l’IHU, de leurs résultats. Il a coutume de dire que ce sont les faits, les données qui l’intéressent. Eh bien précisément, nous aussi sommes intéressés par ces données.

Professeur, vous faites une critique sérieuse, c’est-à-dire fondée sur le réel, de la politique « vaccinale » du gouvernement français contre le covid. Mais vous affirmez que si les injections sont sans fondement pour une large part de la population qui n’est pas à risque, il faudrait néanmoins convaincre de leur bien-fondé ceux qui sont susceptibles d’en mourir, c’est-à-dire grosso modo les plus âgés, dès 65 ans, et les obèses. Et probablement quelques autres. Et vous affirmez que les « vaccins » anti-covid (oui, nous utilisons les guillemets, par chez nous) ont prouvé leur efficacité.

Là où nous ne comprenons plus très bien, c’est que vous avez fait quelques déclarations qui, pour autant que nous puissions en juger, semblent assez contradictoires.
1. Le virus mute et produit des variants responsables non pas de vagues mais d’épidémies différentes. Ce serait la raison pour laquelle la « vaccination » n’immunise pas. Dans ces conditions pourquoi aurait-elle un effet positif autre que celui pour lequel elle a été faite ?
2. Par ailleurs, tout le monde s’accorde à dire que Omicron est remarquablement peu dangereux, moins que le variant Delta, qui l’était déjà lui-même moins que son prédécesseur. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant de constater moins de formes graves et moins de décès. Pour ce dernier point, on peut aussi spéculer sur un nombre moins important de personnes fragiles susceptibles d’être emportées par un virus, compte tenu de la moisson déjà réalisée en 2020. Pourquoi y voir un effet de la « vaccination », qui ne marche pas sur la transmission, mais aurait un effet bénéfique sorti miraculeusement du chapeau ? Sur quoi vous appuyez-vous, Professeur ? Quels sont les chiffres d’abord, et éventuellement les explications ou les hypothèses, qui le démontrent et l’expliquent ?

En attendant une réponse claire et argumentée de votre part, nous continuerons de dire à mémé qu’il vaut mieux pour elle qu’elle s’abstienne de prêter son corps à des apprentis sorciers. Et si elle contracte la maladie, nous tâcherons de lui trouver une prescription d’hydroxychloroquine ou d’ivermectine. Quitte à pousser jusqu’à Marseille…

– La Rédaction d’E&R –

 

Le Professeur, sur E&R :

 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2892818

    Il doit savoir que la critique totale du vaccin amène l’anathème "antivax" qui est le pendant médical de "antisémite" pour l’analyste politique, c’est à dire le discrédit auprès de la majorité de la population.
    Je suis frappé par le fait que, presque tous les scientifiques qui se battent pour nous, contre le covidisme, commencent leurs phrases par "je ne suis pas antivax, mais...".
    Pourquoi doivent-ils se justifier ainsi ?
    pour ne pas choir ?

     

    Répondre à ce message

    • #2892931

      Antivax est un terme utilisé par les journalopes pour cataloguer les gens comme moi qui refusent de perdre la raison pour faire plaisir à une poignée de vieux cons. Je ne suis pas antivax, je suis vacciné contre le tétanos, la rougeole, etc . . Les vrais vaccins sans effets secondaires !

       
  • #2892834

    Qu’il dit clairement que le vaccin crée le variant
    Et que benefice risque est une supercherie
    Mettre des masques aux enfants et vacciné les enfants est contre nature

    A 8 il le dit dans son exercice de style

     

    Répondre à ce message

  • #2892838

    qu est ce qu il raconte :" on n allait pas à l école avant 5 ou 6ans" ? Moi né en 44 j ai été en maternelle à 3 ans et mes enfants 82 et 90 à peu près pareil car papa et maman travaillaient ! De quelle population il parle ?

     

    Répondre à ce message

  • #2892840

    En fin de vidéo il le dit clairement
    Ce virus est cloné
    Donc prévisible
    Très belle vidéo de sa part
    Avec zéro politique

     

    Répondre à ce message

  • #2892860

    Il est notable qu’il n’aborde jamais les effets secondaires nocifs des injections géniques, ni des vaccins en général. Pourtant, cela fait partie des observations auxquelles il dit se référer en premier lieu.
    Se cantonner au niveau extérieur de la crise conduit à incohérences et des limites dans l’interprétation.
    En effet, cette histoire peut être interprétée façon poupées russes :
    Extérieurement, l’opération Covid est une pandémie qui a engendré un certain nombre de décisions.
    Mais pourquoi ces dernières aboutissent-elles à l’exact inverse de ce qui était recherché sans que cela change quoi que ce soit ? Si le virus était si dangereux et les "vaccins" si efficaces et sans danger, pourquoi faudrait-il utiliser les chantages ? Quel est le but de l’opération si ce n’est pas de lutter contre un virus ?

    Accéder à la deuxième poupée, c’est démonter le narratif du virus et du vaccin salvateur...
    A qui profite le crime ? Sans aucun doute, à l’industrie pharmaceutique et aux pouvoirs étatiques qui étendent leur emprise. A ce niveau, on comprend que des liens de corruption, une mainmise sur les administrations, sur la médecine et les médias, ont permis la situation actuelle. Et la fuite en avant vaccinale...

    Mais n’est-ce qu’une question de profits financiers ? Quelle est la fonction de ces injections appelées "vaccins" qui ne protègent pas et qu’il faut renouveler tous les trois mois ? Accéder à la troisième poupée c’est prendre en considération les conséquences, les gigantesques changements intervenus en vingt mois dans nos sociétés, en particulier la convergence de toutes les lois vers un totalitarisme sanitaro-numérique.

    L’argent et le pouvoir. Mais les gouvernants ne peuvent ignorer que les injections géniques ont des conséquences jamais constatées lors des précédentes campagnes de vaccination. Et pourtant, ils continuent. Force est donc d’admettre que les décès sont aussi un objectif de cette opération. Pourquoi ?
    C’est ici qu’il faut découvrir, avec la quatrième poupée, les fondements politico-religieux du mondialisme...

     

    Répondre à ce message

  • #2892877

    Avec Raoult, il fait toujours lire entre les lignes. Il avance a pas comptés et n’affirme rien. Il parle encore du ‘vaccin’ comme une arme contre les formes graves tout en précisant ‘peut-etre’, ce qui est une manière de dire non.

    Sinon, on apprend sur Twitter que des agents de la sécu interviennent dans les pharmacies pour demander la liste des médecins prescrivant la choloriquine et l’AZT ainsi que leurs bénéficiaires. On vient encore de franchir une étape.

     

    Répondre à ce message

  • #2892910

    Les réserves que vous exprimez légitimement concernant la vaccinophilie de D. Raoult sont justifiées, en même temps, reconnaissez qu’ il n’est pas un terroriste du tout vaccinal, il la conseille simplement aux plus de 65 ans et fortement aux personnes de plus de 65 ans ET obèses ( et c’est d’ailleurs bien plus l’obésité que l’âge avancé qui est à prendre en ligne de compte en l’occurrence )
    Raoult reste avant tout un thérapeute autrement dit un médecin digne de ce nom, si le traitement initial qu’il avait recommandé depuis le début ( hydroxychloroquine + azythromycine ou ivermectine ) n’avait pas été intentionnellement et diaboliquement censuré puis interdit purement et simplement depuis le début, aujourd’hui la France ne s’effondrerait pas sous nos yeux.

     

    Répondre à ce message

  • #2893146

    Content de voir que les réserves précises que j’émettais sous la précédente vidéo de D. Raoult sont les mêmes que celles traitées ici. Ceci dit c’est un sacré personnage, un vrai français à forte tête. Dans une France qui s’appartiendrait de nouveau il y aurait des rues à son nom. Quand on en vient à avoir honte de son adresse, c’est que vraiment ça ne va plus ! :-)

     

    Répondre à ce message

  • #2893226

    Il y a quand même un sérieux problème avec Raoult, c’est la décomposition de la langue. Raoult semble avoir pour principe de ne pas s’embarrasser des distinctions entre masculin et féminin et même entre singulier et pluriel : il fait tout le temps des phrases avec des fautes comme « une maladie pour lequel... » ou « des études dans lequel... ». Et dans cet entretien, comme dans les autres, il ne finit pas ses phrases, use de constructions aberrantes, ou prononce des phrases qui n’ont pas de sens.

    Je trouve très étonnant, et finalement suspect, que le « discours de vérité » d’un chercheur aussi brillant soit énoncé aussi obscurément... On n’est pas largué par la technicité d’un jargon scientifique légitime à un certain niveau, mais par la déconstruction de la langue courante dans sa tâche quotidienne de dire des choses simples... C’est très étrange, comme si un prix Nobel n’arrivait pas expliquer le chemin de l’épicerie : « Alors à droite de la rue duquel vous sortez, vous arrivez sur la place dont je vous ai guidé, pour déboucher sur les quais qui s’étend près du fleuve... »... est du pur Raoult.

    Perronne, Henrion-Caude, Toubiana, Toussaint, Fouché, etc. ont sauvé l’honneur de la France, ils méritent d’être béatifiés, c’est sûr. Mais le gloubi-boulga verbal de Raoult est un phénomène qui me laisse perplexe... je n’arrive pas à m’expliquer comment un scientifique peut juger que la différence entre le singulier et le pluriel ne compte pas, qu’elle est insignifiante et que « des études dans lequel » vaut bien « une étude dans laquelle » et « des études dans lesquelles »... Comme si une étude, quelques études, toutes les études, c’était pareil et quelle différence ?

    Le médecin est conscient de la tâche morale qui lui décombe, c’est bien suffisant, a fortiori tout le monde comprend. Mais qui se fout de qui ? Raoult dit avoir créé sa chaîne youtube pour « communiquer directement » avec le public et il y fait des phrases privées de sens, des phrases inintelligibles, et y tient un discours violant constamment les règles élémentaires de la langue, de la logique, du logos ?

    Je peux avoir confiance en Perronne, Henrion-Caude, Toubiana, Toussaint, Fouché, mais je pressens chez Raoult une saloperie latente, un truc pas clair qui finira par crever en dégueulassant tout ce qui était à sa portée... Les autres médecins parlent clairement et avec droiture, mais la parole de Raoult est boiteuse, c’est une claudication, et qui dissimule probablement un non-dit...

     

    Répondre à ce message

  • #2893606

    Oh même en poussant jusqu’à Marseille, c’est pas sûr que mémé aura droit à lhydroxychloroquine.
    Ma mama, décédé du covid n’y a pas eu droit dans le service du professeur Raoult. En effet, ayant des problème cardiaque, ils ont refusé de lui donner des antibiotiques ou la chloroquine car au début ma mère n’avait pas de symptômes graves.
    Au bout d’une semaine lorsque ça devenait grave ils l’ont hospitalisé a l’IHU de Marseille, ils ont commencé à lui donner des antibiotiques, mais c’était trop tard.

     

    Répondre à ce message

    • #2900861

      Était- Elle vaccinée ??

      mon père est décédé hier à la salpetriere ... une vrai boucherie , il est venu pour un Covid poumon il est Mort d’un arrêt cardiaque : surdose de morphine

      aujourd’hui tu ne comprends plus rien

       
Afficher les commentaires précédents